Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

Enquête

Ce que font nos voisins

Le Maroc a précédé l’Algérie dans la mise en place d’une assurance de rapatriement des dépouilles de ses ressortissants résidants à l’Étranger. La commercialisation de cette police a d’ailleurs créé un marché très juteux que se disputent de nombreuses sociétés d’assurances et des entreprises de pompes funèbres, surtout en France, où la communauté marocaine est concentrée. Néanmoins, des associations d’émigrés ne cessent d’interpeller leur gouvernement sur la nécessité d’allouer un fonds spécial pour la prise en charge du transfert de certains de décédés qui n’ont jamais contracté d’assurances en raison de leur situation financière misérable. À l’opposé, l’État tunisien prend entièrement en charge le rapatriement des dépouilles de ses ressortissants. Un extrait de décès et une pièce d’identité sont les seuls documents exigés par les autorités consulaires de ce pays pour autoriser le transfert. Le consulat s’occupe également de l’accomplissement des différentes formalités administratives auprès des entreprises de pompes funèbres.
S. L-K.