Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

Enquête

Entre le coup de force et la symbolique

Aux Aghribs, où nous nous sommes rendus au cours de notre travail, les citoyens rencontrés ne cachent plus leur fierté d’avoir “barré la route aux barbus”, disait Tahar, rencontré à Agueni Ucharqui, chef-lieu communal. La commune est dotée, depuis quelque temps, d’une nouvelle mosquée dont le montant s’élève à quelque 9 milliards de centimes. “Le ministre des Affaires religieuses est venu pour lancer le projet et il a pris connaissance du cahier des charges que nous avons proposé”, nous apprend Rabah Yirmèche, P/APC. Le cahier des charges comprend, selon M. Yirmèche, des clauses concernant la nouvelle mosquée et son fonctionnement. “La bibliothèque sera ouverte au public et même la salle de lecture. Elle sera une structure publique dédiée pour les citoyens de la région”, a-t-il dit. Invité à reparler de l’affaire de la mosquée, M. Yirmèche a indiqué : “C’est un complot des réseaux salafistes.” Il a précisé que “durant une seule nuit, plusieurs camions ont apporté des quantités inépuisables de matériaux de construction pour une nouvelle mosquée, alors que le village n’en a pas vraiment besoin”.
L’affaire de cette mosquée a failli, pour rappel, mettre le feu aux poudres. Les citoyens d’Aghribs ont aussitôt pris la décision de mettre fin aux travaux de la mosquée. Madjid, un autre citoyen et militants politique, nous apprend que l’argent qui a servi à l’achat de tous les matériaux “venait des maquis de la région”.
Cette information sera confirmée par un élément des services de sécurité de Tizi Ouzou. Cette même source a ajouté que lors d’un pilonnage d’une zone suspectée abriter des terroristes, “des militaires ont trouvé une liste de personne issues des Aghribs à abattre”. Parmi ces noms, les services de sécurité ont trouvé celui du maire actuel d’Aghribs, Rabah Yirmèche.
À noter que l’affaire dite de la mosquée d’Aghribs a connu de nouveaux rebondissements cette semaine. Le comité de village évoque de nouvelles menaces, agressions et pressions de ce groupe de salafistes contre des citoyens du village. Des rapports et des plaintes ont été déposés contre des éléments de ce groupe.


M. M.