Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

L’imam du village accuse

“Les salafistes travaillent pour de l’argent”

Très réservé, l’imam du village, 27 ans à peine, jouit d’un grand respect auprès des villageois d’Aghribs. C’est qu’il est le prototype du cheikh dans le pays kabyle. Ayant étudié à Tifrit, puis à Cheurfa, avant d’aller à l’université de Sidi Abderehhmane, à Illoula, ce jeune imam est adepte de la confrérie Rahmania. Sans détour, il dit ne pas être convaincu par le salafisme qu’il considère comme étranger à la religion musulmane, notamment tel qu’il est pratiqué dans la région. “Notre différence ? Eux, ils agissent pour de l’argent, nous non. Pour nous, la religion, ce n’est ni le qamis, ni la barbe, ni le djelbab. Tout est question de cœur”, explique-t-il. Le projet de la nouvelle mosquée ? Sa réponse : “Sans l’accord du village, même le paradis on n’en veut pas. La maison de Dieu doit renforcer la fraternité et non pas semer la division.”