Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

Medjahed Faïka, responsable du service santé femme à l’Institut national de santé publique (INSP)

“Nous sommes dans une société qui se cherche”

“Ces femmes intellectuelles célibataires sont le fruit de beaucoup de sacrifices. Nos mères et grands-mères et nos pères analphabètes ont tout investi dans l’espoir de voir leurs filles réussir dans leurs études. Nos mères n’ont pas voulu que leurs filles vivent la même situation qu’elles”, affirme-t-elle. “Elles ont voulu que nous soyons indépendantes et instruites et non pas soumises, privées de notre liberté et de nos droits. Elles ont voulu que nous soyons ce qu’elles n’ont pas pu être. À travers leurs filles, les mères rejettent le statut de mineure et d’infériorité. Il suffit de constater de quelle façon les parents en général et les mères en particulier encouragent leurs filles à étudier. Il est vrai que nous, les femmes, nous avons été élevées dans la modernité et l’archaïsme. Nous sommes dans une société qui se cherche encore. Il est vrai qu’il y a une progression sociale et une présence des femmes sur le plan social, mais on constate que de plus en plus on ne trouve pas chaussure à son pied. La société est en phase de mutation entre les femmes et les hommes. Elles veulent bien se marier, mais il faut que cela se fasse dans le respect de ses droits. Les femmes comme les hommes pensent que le mariage est une entrave. Ils ne veulent pas être castrés et reproduire la vie de leurs parents. La société d’aujourd’hui est en train de se chercher à travers ces femmes intellectuelles qui ont su avoir une place sociale, économique et professionnelle importante. Nous sommes pour un avenir où il y aura plus de respect et d’amour entre les hommes et les femmes. Je pense que nous sommes sur la bonne voie.”