Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Entreprise et marchés

“La revue de l’Assurance”

Hâter la diversification

Dans son n°11 d’octobre à décembre 2015, la Revue de l’Assurance, éditée par le Conseil national des assurances, a consacré son dossier à la nouvelle conjoncture financière et son impact sur les sociétés d’assurances. Donnant la part belle à la branche automobile. Le boom des importations des véhicules en 2012 a boosté le secteur des assurances. Mais, depuis l’année 2014, la baisse enregistrée dans le secteur n’est pas sans conséquences sur les revenus des assurances, aussi bien en volumes qu’en chiffres d’affaires. Avec la nouvelle conjoncture économique, caractérisée par une contraction des recettes conduisant à une baisse des importations, y compris celle des véhicules, tous les moyens sont bons pour les compagnies d’atténuer et compenser la chute des nouvelles immatriculations. En dehors du secteur automobile, les compagnies sont tentées de s’orienter davantage vers d’autres contrats dans des domaines comme l’habitat, les catastrophes naturelles et l’assurance des personnes, ce qui permet une diversification des activités. Pour en savoir plus, la revue a ouvert ses colonnes à différents acteurs du secteur des assurances en Algérie. Pour Ouzzane Sid Ali, délégué général de l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance (UAR), la probable diminution du chiffre d’affaires de la branche automobile pourrait être compensée par d’autres risques, tels que le risque industriel par l’actualisation des valeurs des équipements, que le glissement de la monnaie nationale rend inévitable, de sorte à procurer aux assurances une couverture suffisante permettant le remplacement ou la réparation des biens endommagés. Hassen Khelifati, PDG d’Alliance Assurances, pense pour sa part que cette année sera celle du ralentissement dû à la diminution des importations d’automobiles, ajoutant que la conjoncture oblige les compagnies à être imaginatives et solidaires pour trouver de nouvelles solutions, d’autant, ajoute-t-il, que les acteurs du secteur sont convaincus que les potentialités sont loin d’être exploitées dans leur totalité en matière d’assurance automobile. La diversification est le maître mot des différents acteurs du secteur interrogés par la Revue de l’Assurance. Ainsi, les assurances automobiles pèseront moins lourd, et les compagnies qui veulent réduire leur prépondérance dans le chiffre d’affaires auront à saisir les nouvelles opportunités de diversification de leurs activités pour ne plus rester confinées à des produits destinés au grand public, comme l’assurance automobile.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER