Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Entreprise et marchés

Quête d’équipes performantes

Intégrez-y des femmes !

L’organisation du travail en équipes est souvent la meilleure réponse pour réussir des missions complexes ou difficiles. Pour rendre une équipe performante, la présence de femmes en son sein s’est révélée un facteur de succès incontestable.

Dans la plupart des industries, l’organisation en équipes est devenue aujourd’hui une nécessité pour faire de la performance. Les formes traditionnelles d’organisation du travail, fondées sur une forte parcellisation du travail, s’est révélée obsolète, car elle n’incite pas les collaborateurs à s’engager pleinement dans leurs tâches. Au contraire, lorsqu’on s’organise en vrai travail d’équipe, le sentiment de partager un but commun est beaucoup plus fort, ce qui décuple la motivation et stimule la créativité. Des exigences devenues aujourd’hui critiques pour assurer la compétitivité. Dans un célèbre article de la Harvard Business Review, Jon R. Katzenbach et Douglas K. Smith ont été parmi les premiers à montrer l’importance du travail en équipe et mis en lumière les nettes différences entre le travail en groupe traditionnel et les vraies équipes de travail (1). Depuis, une littérature abondante sur ce thème est venue enrichir notre compréhension du travail en équipe pour offrir aux managers des guides précieux pour revoir l’organisation de leur travail et booster leurs performances.
Parmi les chercheurs qui se sont attelés à comprendre les mécanismes d’efficacité au sein d’une équipe, Meredith Belbin, de l’université de Cambridge en Angleterre, est connue pour avoir réussi à identifier les différents profils de personnalités à réunir pour assurer cette efficacité (2). Mais peu de chercheurs, y compris Belbin, n’avaient jusque-là évoqué la question du genre dans l’efficacité des équipes. Autrement dit, est-ce que la mixité dans une équipe peut-elle être propice à l’amélioration de la performance ? Mais voilà que des travaux très récents menés au MIT et à la Carnegie Mellon University (3) ont démontré de façon incontestable que plus on incorpore de femmes dans une équipe, plus sa performance s’accroît ! Selon les résultats de ces recherches, la présence de femmes dans une équipe accroît son intelligence collective, une notion qui découle de l’intelligence émotionnelle que la tribune “Parlons Management !” a souvent évoquée pour relever son importance dans la motivation des hommes au travail. Ce que les chercheurs du MIT et de la Carnegie Mellon University ont mis en lumière, c’est que les femmes obtiennent toujours des scores supérieurs aux hommes au test dit TEI (test of emotional intelligence). Ce qui donne aux équipes comprenant plus de femmes un facteur C” plus élevé, un facteur qui mesure précisément l’intelligence collective.
Ces résultats sont largement validés sur le terrain. Plusieurs enquêtes ont en effet montré que la présence de femmes dans les équipes de management des entreprises contribue à améliorer de façon significative leurs résultats financiers. Parmi ces enquêtes, celle du Peterson Institute for International Economics, menée auprès de 30 000 entreprises opérant dans des secteurs variés et réparties dans 91 pays, a établi que celles qui ont plus de 30% de femmes dans leurs équipes dirigeantes augmentaient de 6% en moyenne leur marge bénéficiaire nette (4). Cela ne veut pas dire que les femmes sont individuellement plus (ou moins) compétentes que les hommes ; mais que leur présence dans les équipes de management a un effet extrêmement positif sur la performance. À cet égard, osons rappeler la sentence du grand Ibn Arabi : “Là où la féminité est absente, il n'y a guère de salut.”
Les lecteurs de cette tribune l’auront sûrement compris : ce papier n’a pas été écrit pour sacrifier au rite de célébration du 8 mars. Il vise un tout autre but : reconnaître une dimension essentielle du développement managérial, économique et social, malheureusement peu appréhendée jusque-là. Dans notre pays, où la représentation des femmes dans le monde du travail organisé est encore trop faible, le potentiel de leur contribution au progrès est donc immense. Du reste, beaucoup de celles qui ont pu se hisser à de hautes responsabilités managériales ont été à la base de succès remarquables dans leur entreprise. Au moment où l’Algérie est confrontée à l’exigence de revoir profondément ses choix économiques, impliquer davantage les femmes dans le management des entreprises se révèle un impératif majeur pour booster leurs performances.


S. S.

 

1 -  The Discipline of Teams. HBR - 1993.
2 - Management Teams: Why They Succeed or Fail. (1981) 3d ed., Heineman, 2010
3 - Evidence for a Collective Intelligence Factor in the Performance of Human Groups. Anita Williams Woolley, Christopher F. Chabris, Alex Pentland, Nada Hashmi, Thomas W. Malone. Oct. 2010.
4 - Is Gender Diversity Profitable? Evidence from a Global Survey. February 2016. http://www.iie.com/publications/interstitial.cfm?ResearchID=2913


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER