Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Entreprise et marchés

Parlons management !

Jouez aux échecs, pas aux dames !

Henry Mintzberg © D.R.

Comment travaillent les dirigeants efficaces ? Ont-ils des secrets bien gardés ? Des travaux récents donnent des réponses à ces questions pour guider les managers dans leur quête de l’efficacité.

Le grand Henry Mintzberg a été l’un des précurseurs dans l’investigation des activités quotidiennes des dirigeants. Dans son célèbre ouvrage The nature of managerial work publié en 1973 (1), il a été l’un des tout premiers à observer au jour le jour les activités d’un certain nombre de dirigeants. Il en a tiré des conclusions qui remettaient totalement en question la vision académique du travail des managers datant de Fayol avec son fameux POCCC (Prévoir, Organiser, Commander, Coordonner et Contrôler). Mintzberg montrait que le travail des managers est en réalité beaucoup plus complexe : il est très fragmenté à cause d’interruptions nombreuses et de la grande variété des tâches, donc difficilement planifiable et réfléchi. Pour rendre compte de cette complexité, il proposait dix rôles très diversifiés pour décrire plus justement le travail du manager.
Près de quarante ans plus tard, en 2009, Mintzberg publiait Managing (2), un livre dans lequel il reprenait sa recherche des années 70 en l’élargissant à un panel plus large de dirigeants d’entreprises et d’organisations dans différents domaines d’activités. Dans cet ouvrage, très dense et d’une grande richesse, il corrobore ses conclusions antérieures et les élargit en insistant particulièrement sur la dimension relationnelle du travail du manager. À cet égard, l’une des conclusions fortes de Managing c’est que l’efficacité du travail du manager ne dépend pas seulement de lui-même mais aussi des collaborateurs qui l’entourent. C’est précisément cet aspect que traite Marcus Buckingham dans son livre StandOut 2.0, paru en août 2015 et vite devenu un bestseller (3).
Tirant ses conclusions d’une vaste étude du cabinet de sondage Gallup, Marcus Buckingham constate que si les managers peuvent avoir des styles de management différents, ceux qui sont vraiment efficaces possèdent une même qualité : ils sont capables de découvrir ce qui est unique chez chacun de leurs collaborateurs et peuvent capitaliser sur cette singularité.
Ce qui lui fait dire que les si les managers habituels jouent aux dames, les grands managers préfèrent les échecs. Pourquoi cette différence ? Dans le jeu de dames toutes les pièces sont identiques et avancent dans un même sens. Alors qu’aux échecs, les pièces ne sont pas identiques et se déplacent de façon différente ; et on ne peut pas y jouer sans savoir comment les autres pièces peuvent bouger. De plus, on ne gagne la partie que si on réfléchit attentivement à la façon de déplacer ses pièces. Comme aux échecs, les grands managers connaissent la valeur des aptitudes uniques de leurs collaborateurs… comme leurs limitations ; et peuvent donc les intégrer de façon coordonnée dans leur plan d’action. La tâche du manager consiste donc à transformer le talent particulier de chacun de ses collaborateurs en performance. Pour pouvoir exploiter les singularités de ses collaborateurs, le manager efficace doit s’appuyer sur ce que Marcus Buckingham appelle les trois leviers : connaître leurs forces, déceler ce qui met en branle ces forces et discerner les styles d’apprentissage particuliers de chaque collaborateur.
Dans les entreprises algériennes l’uniformisation est hélas souvent la règle, en particulier dans le management des hommes. Combien de fois n’a-t-on pas entendu tel ou tel de nos managers appeler ses collaborateurs ses “éléments” ? Un terme emprunté directement au langage militaire classique qui prône précisément une grande uniformisation. Déjà qu’investir dans la connaissance plus poussée de ses collaborateurs peut révéler des domaines de motivation insoupçonnés chez eux, aller plus loin sur les deux autres leviers Buckingham peut donner aux managers algériens un puissant outil d’amélioration de la performance. Pour cela, un regard neuf sur la dimension humaine du travail est indispensable. C’est là une des clés du changement dans l’entreprise algérienne.


S. S.

 

1 - Le Manager au quotidien, Éditions d'Organisation, 1973.
2 - Manager. Editions Vuibert. 2014 (édition abrégée en français du livre original en anglais).
3 - Stand out 2.0: assess your strengths, find your edge, win at work (Harvard Business Review Press). August 2015.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER