Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

Le wali de Ghardaïa rassure les sinistrés d'El-Menea

“250 logements ruraux seront construits”

C'est pratiquement à la tête de la quasi-totalité de son exécutif que le wali de Ghardaïa, M. Yahia Fehim, s'est déplacé, lundi, à la daïra d'El-Menea, à 270 km au sud-est du chef-lieu de wilaya.
Dès son arrivée, le wali a ordonné de travailler sur le terrain et de se rendre auprès des citoyens, afin de prendre conscience des réelles conditions de vie qu'ils endurent. “Nous ne sommes pas venus pour nous asseoir sur des chaises mais pour travailler”, lança d'un air grave le wali aux responsables locaux.
Et d'ajouter : “C'est l'occasion ou jamais pour vous de démontrer vos compétences et votre engagement envers cette population pour la faire sortir de cette endémique paralysie socioéconomique.” La première visite a été consacrée à la commune de Hassi El-Gara, précisément au quartier Diar El-Batane, où plusieurs logements sont pratiquement perdus et dont vingt et une familles occupent des logements OPGI, après que les premiers occupants eurent été transférés, à l'amiable, vers le pensionnat du technicum Mohamed-Belekbir. Beaucoup de citoyens sont sortis pour exprimer leur détresse et dénoncer l'abandon total dans lequel ils se retrouvent.
“Venez voir, M. le wali, cela fait presque une semaine que nous n'avons, ma famille et moi, qu'une toile au-dessus de nos têtes pour nous abriter du froid glacial et de la pluie intermittente”, crie presque ce sexagénaire qui jure n'avoir vu les responsables de la région que “grâce à votre visite, M. le wali. Personne d'entre eux n'est venu s'enquérir de notre misérable condition”.
Apaisant, le wali affirme que la wilaya a beaucoup de possibilités pour soulager cette population. “Nous pouvons encore envoyer des aides. Des stocks existent. Les décisions vont être prises et j'entends qu'elles soient appliquées à la lettre et sans délai”, affirme le wali. À haï Belhadj, où une rue complètement défoncée laissant se déverser d'un égout un liquide visqueux nauséabond, le wali ordonna que si l'entreprise chargée de réparer cette conduite, inscrite au titre du plan sectoriel de développement pour une opération de trois kilomètres et d'une valeur de trente-cinq millions de dinars, n'est pas compétente pour faire le travail dans des délais courts et avec qualité, il y a lieu, sans hésiter, de résilier le contrat et d'en chercher une autre, “quitte à ramener des Chinois, s'il le faut !”
Sur place, il ordonne l'inscription sur PCD  d'une opération de réalisation d'une autre tranche de trois kilomètres du réseau d'assainissement pour trois milliards de centimes. Partout, ce sont les mêmes complaintes, que ce soit au quartier El-Gharbia, Mcharih-Bentassa ou à haï Enasr, les gens s'agglutinent autour du wali pour déverser leur colère sur l’administration. Remarquant une vieille bâtisse, ceinte de fer forgé, le wali demanda ce que c'était. La réponse a fait sortir le wali de ses gonds : un semblant de salle de soins démunie de tout, décrépie, délabrée, suintant de toutes parts et tombant en ruine, occupée par un infirmier. Ordre fut donné au DSP de prendre en charge rapidement la réhabilitation de cette structure et d'inscrire en toute urgence la construction d'une autre structure sanitaire aux normes requises.
À Haoud Belemcherah, où des forages illicites ont été effectués dans un espace d'urbanisme sauvage sans accessibilité, même des drains ont été remplacés par des buses. Ce qui complique davantage l'évacuation des eaux usées et menace la nappe phréatique, selon M. Fodil Haïmouda, enseignant de physique au lycée de Hassi El-Gara et représentant de l'Union  des agriculteurs d'El-Meniaâ. Après Hassi El-Gara, c'est au tour de la commune d'El-Menea. Recensant à ce jour quatre-vingt-sept demeures ef-fondrées, les sept commissions à pied d'œuvre sur le terrain n'ont pas encore ratissé tous les coins de cette commune, ce qui laisse ouvert le bilan appelé à être revu à la hausse, compte tenu de la nature des matériaux de construction rudimentaires utilisés. La remontée des eaux, résultat de la saturation des sols, a aussi occasionné beaucoup de dégâts.
Lors d'une brève séance de travail, le wali annoncera ses premières décisions, à savoir la construction en toute urgence de deux cent cinquante logements ruraux destinés aux sinistrés, dégager trente milliards de centimes pour la réfection des routes et des canalisations d'AEP et l’envoi, à partir de Ghardaïa, en grandes quantités de matelas, de couvertures et de kits alimentaires conséquents avec obligation de nettoyer l'environnement du centre d'hébergement. 

L. KACHEMAD