Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

sid ali betata, président d’alnaft à liberté

“27 milliards de dollars d’investissements dans l’amont”

Dans cet entretien, le premier responsable de l’Agence nationale de valorisation des hydrocarbures présente ses réalisations et ses principaux chantiers en vue de renforcer et moderniser l’agence afin qu’elle relève les défis du secteur. Il indique que l’Algérie va enregistrer  à moyen terme une montée significative de sa production de pétrole et de gaz

Liberté : Quels sont les chantiers achevés par Alnaft au cours de   l'année 2010 et le premier semestre 2011 ?
sid ali betata Je vous exprime mes remerciements pour l’intérêt que vous accordez à Alnaft et vous remercie également pour cette opportunité qui nous est offerte d’informer les lecteurs des réalisations du secteur de l’énergie et des mines en matière d’hydrocarbures.
Durant l’année 2010 et jusqu’à la fin du 1er semestre 2011, plusieurs chantiers ont été achevés, pendant que d’autres sont entamés. Dans ce cadre et en plus des activités récurrentes, je vous citerai essentiellement : le lancement et l’organisation du 3e appel à la concurrence pour les opportunités de recherche et d’exploitation des hydrocarbures qui, comme vous devez le savoir, a abouti à la conclusion de deux nouveaux contrats R&E.
Suivi des projets octroyés à la suite des 1er, 2e et 3e appels à la concurrence, notamment les aspects liés au respect des programmes de travaux, objet des engagements contractuels des compagnies opératrices ainsi qu’au respect des règles de conservation des gisements.
Etude, examen et approbation de pas moins de 90 plans de développement.
Lancement de la mise en place d’une structure d’audit qui aura pour mission d’auditer les budgets d’investissements des contractants (investissements de recherche, de développement et d’exploitation).
Poursuite de la mise en œuvre du projet “Banque de données nationale (BDN)” qui s’étale sur une durée de cinq années.
Achèvement des travaux de mise en ligne du site web d’Alnaft, dont certaines rubriques ne sont pas encore activées et qui devront l’être avant la fin de l’année en cours. Lancement de deux appels à candidatures pour renforcer les effectifs permettant la prise en charge des missions et prérogatives dévolues à Alnaft.
Lancement d’actions de formation du personnel, soit dans le cadre des contrats de recherche et d’exploitation, soit dans le cadre du contrat Banque de données nationale ou encore des formations initiées et prises en charge totalement par Alnaft.
Elaboration et exécution d’un plan de formation et de perfectionnement continus du personnel, aussi bien technique qu’administratif, sur des thèmes sélectionnés en fonction des tâches à accomplir par chacun. Ainsi, plusieurs actions de formation du personnel ont été réalisées, soit dans le cadre des contrats de recherche et d’exploitation, soit dans le cadre des contrats BDN.

Quels sont les plans de développement de gisements qui ont obtenu le feu vert d’Alnaft au cours de l'année 2010 et le premier semestre 2011 ?
Comme vous le savez, l’approbation des plans de développement, ou bien le “feu vert” pour reprendre votre expression, constitue une mission importante d’Alnaft, et aucun contractant ne peut mettre en production un gisement de pétrole ou de gaz sans l’aval préalable d’Alnaft.
Pour ce qui est des plans de développement, on distingue ceux réexaminés dans le cadre de leur mise en conformité avec la loi 05-07 et les nouveaux plans de développement introduits dans la perspective de développer de nouveaux gisements.
Il y en a aussi ceux qui ont été examinés dans le cadre d’une révision du plan de développement initial à la lumière des nouvelles informations acquises au fur et à mesure de la production. Il faut savoir que la loi et les dispositions contractuelles permettent la révision d’un plan de développement approuvé par Alnaft pour adapter le mode d’exploitation, compte tenu d’une meilleure connaissance du gisement et de ses différents paramètres. A défaut de nommer gisement par gisement tous les projets concernés étant donné leur nombre élevé, je vous suggère une récapitulation globale de la situation des plans de développement approuvés durant la période évoquée dans votre question. En ce sens, nous avons donc eu à examiner et approuver 90 plans de développement durant l’année 2010 et le 1er semestre 2011, soit 71 introduits par Sonatrach dans le cadre des projets qu’elle mène en effort propre, dont 19 en association dans le cadre des projets développés avec des partenaires étrangers.

Quel est le montant d'investissement global qui sera engagé par les consortiums ou Sonatrach pour développer ces gisements ? Quelle est la production attendue de pétrole et/ou de gaz pour chaque plan approuvé ?
Le développement des gisements concernés par les plans de développement ci-dessus évoqués mobiliseront des investissements d’un montant global avoisinant les 27 milliards de dollars US sur la période 2010/2015. La plus grande partie de ces investissements sera engagée par Sonatrach seule. En effet, plus de 20 milliards US $ seront engagés par Sonatrach pour les projets développés en effort propre, ceci représente environ 75% du montant global mentionné précédemment. Quant aux contrats en association, le montant des investissements correspondant est d’environ 6,5 milliards de dollars US, soit environ 25% du montant global des investissements que j’ai mentionné précédemment.
La 2e partie de votre question concerne la production attendue de pétrole et/ou de gaz pour chaque plan approuvé.
Comme je vous l’ai déjà signalé plus haut, on ne peut pas citer ici, un à un, les niveaux de production pour 90 gisements. En revanche, je peux vous donner la production globale pour chaque type d’effluent (pétrole, gaz, condensat, GPL).
Ainsi, la production annuelle attendue des projets correspondant à l’ensemble de ces plans de développement est de 45 millions de tonnes de pétrole, dont 13,5 millions de tonnes en association avec des partenaires étrangers ; de 80 milliards m3 de gaz, dont près de 4,5 milliards en association ; de 12 millions de tonnes de condensat, dont 700.000 t en association, et de 8 millions de tonnes de GPL dont 100.000 t environ en association.

Comment Alnaft compte rendre plus attractifs les périmètres proposés lors des prochains appels d'offres en matière d'exploration ?
Ce que je peux vous dire, c’est qu’une réflexion est engagée en vue d’identifier les mesures et actions à entreprendre permettant (i) d’intensifier l’effort d’exploration, notamment dans les zones sous-explorées, le nord de l’Algérie et l’offshore, (ii) d’évaluer le potentiel en hydrocarbures non conventionnels notamment et les possibilités de leur exploitation.
Par ailleurs, je voudrais aussi informer les lecteurs qu’un contact régulier a été instauré avec tous les opérateurs avant le lancement de chaque appel à la concurrence, pendant le déroulement des data rooms et à la suite des résultats de chaque appel d’offres.
Ces rencontres visent à expliquer à nos partenaires davantage nos attentes et demeurer à l’écoute de leurs préoccupations. En ce sens, le dialogue avec les compagnies pétrolières internationales désirant investir en Algérie est ainsi quasi permanent.

Que reste-t-il à faire pour moderniser Alnaft, la doter de ressources humaines qualifiées ?
L’étendue de notre territoire, dont la superficie de son domaine minier avoisine 1,5 million km2, et les ressources énergétiques autant importantes que diversifiées qu’il recèle exigent un effort qualitatif en vue de leur amélioration et de leur développement ; ceci implique un nombre d’opérateurs de plus en plus croissant, induisant un apport technologique conséquent avec davantage d’échanges d’expériences entre les entreprises nationales et les compagnies internationales.
Vous avez donc raison d’évoquer cette question, car nous considérons effectivement que beaucoup reste encore à faire sur ce plan et nous ne comptons pas nous soustraire à la voie de modernisation de l’agence Alnaft. Pour ce faire, nous envisageons d’orienter nos efforts selon plusieurs axes dont, essentiellement : Dotation en ressources humaines qualifiées par : l’amélioration du niveau des capacités techniques du personnel déjà en place par l’organisation de formations bien ciblées, effectuées aussi bien en Algérie qu’à l’étranger. Cette action qui dure déjà depuis au moins 2 ans continuera de se dérouler les prochaines années, selon les besoins exigés par l’exercice de chaque tâche. 
Lancement d’une campagne de recrutement (en complément à ce qui a déjà été fait jusqu’à présent), visant à renforcer les équipes existantes, d’une part par des cadres expérimentés dont la compétence aurait été prouvée dans les domaines liés aux activités d’Alnaft et, d’autre part, par une autre catégorie de cadres n’ayant pas forcément une longue expérience mais dont les résultats obtenus le long de leurs études encouragent à faire subir aux candidats concernés des formations complémentaires appropriées, selon les tâches qu’ils seront amenés à effectuer.
Pour cette dernière catégorie, nous envisageons de coopérer avec les institutions algériennes de formation (universités et instituts) dans le cadre d’accords et de conventions que nous aurons à conclure conjointement. Meilleure prise en charge des aspects liés aux analyses économiques et à l’audit des coûts par la mise en place de la structure d’audit qui sera étoffée en personnel  qualifié.