Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

À Tizi Ouzou et Béjaïa

Des écoles fermées

Les intempéries de ces derniers jours, si elles n’ont pas causé de dégâts dans la wilaya de Tizi Ouzou, ont néanmoins provoqué des coupures de routes, notamment sur les hauteurs. C’est ainsi que la route reliant Tizi Ouzou à Béjaïa a été coupée au niveau du col de Chellata. Idem pour la nationale 15 qui transite par le col de Tirourda. Dans la région d’Iferhounène, la tempête de neige a provoqué un froid glacial. conséquence : plusieurs écoles primaires ont fermé. Les fortes précipitations, qui ont commencé depuis lundi, ont rendu les routes impraticables par endroits.
Le réseau Internet et le téléphone sont coupés à Illilten dans la même région. La Protection civile n’a enregistré aucun dégât. Les services de la voirie communale s’emploient à rétablir la situation. Il faut dire que le préposé au téléphone nous déroutait, puisqu’il a fallu prendre attache avec un agent qui n’est pas habilité pour nous renseigner. Dans les autres communes, mis à part les fortes précipitations, aucun dégât n’a été enregistré. Rien à signaler (RAS), pour reprendre le jargon des sapeurs-pompiers. Dans la ville des Genêts, les pluies ont provoqué d’interminables bouchons sur le réseau routier. À la Nouvelle-Ville, des engins des travaux publics sont mis à contribution pour dégager les gravats charriés par les crues. Sur les hauteurs, la neige a atteint quelque dix à quinze centimètres d’épaisseur. Hier encore, de fortes pluies s’abattaient, alors que les flocons de neige s’entassaient sur les hauteurs de la Kabylie, comme Aït Ziki, Bouzeguène, Yakourène, Aïn El-Hammam.  Les lits des oueds pour leur part ont débordé en plusieurs endroits. À Draâ Ben Khedda, le centre-ville s’est “habillé” hier matin d’une importante couche de grêle à la suite d’une interminable série de grondements, tandis que certaines artères, qui ont leurs trottoirs complètement démontés et laissés tels par leurs chantiers, se sont transformées en véritables étangs. Les piétons sont les plus pénalisés par cette situation, tant ils ne savent plus où mettre les pieds, pendant que des automobilistes imprudents ne manquent pas de les éclabousser à leur passage ; un vrai casse-tête frappant particulièrement les étudiants, les collégiens et les lycéens du côté du lycée Krim-Belkacem. À Béjaïa, plusieurs axes routiers ont été coupés à la circulation, notamment, des routes nationales suite aux chutes de neige qui se sont abattues sur les hauteurs de la région. La RN75, reliant Kendira (Béjaïa) à la commune de Bouandas, dans la wilaya de Sétif, a été coupée à la circulation. Dans la région d’Ighil Ali, la RN6 reliant cette dernière à Theniet Enasr est également fermée pour cause de neige. Au niveau du village Tinessouine, la RN7 est fermée ainsi que les 26A et 159 reliant respectivement la wilaya de Béjaïa à celle de Tizi Ouzou via Aït Ziki (Bouzeguène) et les communes de Chellata à Ouzellaguen. De nombreuses routes non classées dans la wilaya de Béjaïa sont également obstruées par les débordements des eaux pluviales. Des opérations pour le déblaiement de ces routes sont engagées par les services concernés de la wilaya. Une cellule de crise a été d’ailleurs installée par le wali de Béjaïa pour parer à tout événement fâcheux.
Une cellule de crise regroupant les secteurs de la wilaya (DMI, DTP, DHW, ADE, ONA), les transports, la Sonelgaz et la Protection civile pour coordonner leurs interventions. Ce qui fait qu’aucun dégât humain ou matériel, heureusement, n’a été signalé dans les régions touchées par ces intempéries. Par ailleurs, une équipe d’experts du CGS s’est rendue, avant-hier, selon la cellule de communication de wilaya, dans la commune de Taskeriout et Aït Idriss. Les ingénieurs de cette institution “rendront incessamment leurs conclusions pour permettre aux services concernés de prévoir les actions nécessaires pour faire face au phénomène de glissement de terrain dans cette zone”. Une équipe du CTC et du Laboratoire national de l’habitat et de la construction travaille actuellement sur un phénomène dans la commune de Chemini, à savoir le glissement de terrain.

L. Oubira / Yahia Arkat