Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

Vice-Présidente de l'UPF (Union de la Presse Francophone)

Eva Vàmos : « Tous les journalistes doivent être engagés » (VIDÉO)

Eva Vàmos, Vice-Présidente de l'UPF. © Imène AMOKRANE

Liberte-algerie.com a rencontré, à Monaco, la rédactrice en chef d'un journal francophone de Budapest (Hongrie), et vice-présidente de l’UPF pour parler de la place qu’occupe le journalisme vert dans les médias

 

Entretien réalisé par notre envoyée spéciale à Monaco: Imène AMOKRANE

Liberte-algerie.com : Les journalistes spécialistes en environnement doivent-ils être engagés ?

Eva Vàmos : Tous les journalistes doivent être engagés. Ça ne concerne pas seulement l’environnement, mais tous les sujets. Car on ne peut pas échapper à servir la bonne cause.

Comment garder alors sa neutralité tout en abordant ces sujets ?

C’est vraiment l’un des chapitres les plus passionnants du journalisme. Il pourrait être neutre, et c’est ce qu’on appelle journalisme d’investigation, et évidemment il faut s’armer de beaucoup de patience, beaucoup d’efforts, pour rester honnête, et connaitre tous les côtés de cette problématique.

Qu’en pensez-vous des accords de la COP21 ?

On espère que ça se réalise.

Et vous pensez que ça va se réaliser ?

Tellement de personnalités importantes se sont réunies, et c’est ce qui me donne de l’espoir.

On parle très souvent de l’échec des journalistes dans le traitement des sujets environnementaux…

Mais non, quand les politiciens n’arrivent pas à résoudre certains problèmes ils trouvent cette réponse. C’est une solution trop facile à mon avis.

Les journalistes sont donc conscients du danger qui guette notre planète ?

Les meilleurs journalistes en sont conscients, pleinement. Mais il faut faire beaucoup d’effort dans le champ audiovisuel, dans tous les médias que ça soit la presse écrite ou autres, pour faire connaitre davantage cette problématique.

Mais est-ce que cette prise de conscience est suffisante pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Toute seule, ça ne suffit pas. Mais c’est déjà un grand pas en avant, comme ce qui est fait là à ce symposium de Monaco.

Entretien réalisé par notre envoyée spéciale à Monaco: Imène AMOKRANE

@ImèneAmokrane

Lire également: "Le journalisme vert s'invite à Monaco" en cliquant ICI

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER