Scroll To Top
FLASH
  • Raffinerie pétrolière d'Alger: le chef du projet relevé de ses fonctions (APS)
  • Accidents de la route : 48 morts et 2.047 blessés en une semaine

A la une / Entretien

Véhicule d’occasion

Les marchés enflammés à l’Est

Le marché de la voiture d’occasion s’est enflammé  depuis le début de l’été, et la tendance est toujours à la hausse à l’est du pays. Au marché de Sidi Salem, dans la périphérie d’Annaba, par une belle matinée de vendredi, les négociations vont bon train. Beaucoup de monde, mais très peu de transactions, comme l’affirme ce professionnel du marché de l’automobile rencontré sur les lieux. Abdelaziz B, qui gère un garage spécialisé au centre-ville d’Annaba et qui est dans ce créneau depuis une vingtaine d’années, est catégorique lorsqu’il affirme que rien ne s’achète et rien ne se vend sur ce marché ces derniers temps. Selon lui, les personnes que l’on voit au marché et qui font le tour des voitures proposées à la vente ne sont là que pour sonder le marché. “Elles sont toutes là pour se faire une idée des prix et c’est tout, en espérant que ceux-ci baissent pour les uns ou augmentent pour les autres. Toutes les marques sont concernées par cette tendance, mais les prix des voitures allemandes, surtout, ont atteint des cimes jamais égalées auparavant. Certains modèles sont majorés de 50, 60, voire jusqu’à 100 millions sans que les prix du neuf n’aient connu de changement. C’est de la pure spéculation !”, constate notre interlocuteur.    Au niveau du plus grand marché d’occasion de l’est du pays, celui de Sétif en l’occurrence, les prix n’ont pas connu la baisse souhaitée par les citoyens désirant acheter une voiture. En effet, une virée au marché hebdomadaire de Sétif nous a montré que les prix se rapprochent de ceux du neuf. “Les véhicules immatriculés en 2015 et 2016 et ayant roulé moins de 25 000 km et dont l’état est très bon rivalisent avec le neuf”, nous dira Mustapha, un revendeur. Déçus, des visiteurs à l’affût des bonnes affaires nous ont indiqué que la volte-face du gouvernement concernant la loi qui autorise l’importation de véhicules de moins de trois ans a fait grimper les prix des voitures d’occasion. Enfin dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, le  véhicule d'occasion affiche toujours des prix très élevés. Une Volkswagen Polo 2013, qui a roulé plus de 98 000 km, proposée à 1 900 000 DA au marché de l’occasion alors que, neuve, elle est vendue presque au même prix. Autre exemple illustrant la flambée du prix de l’occasion : un fourgon ayant roulé presque 84 000 kilomètres est proposé au prix de 1 730 000 DA, en seconde main alors que neuf, il est proposé à un prix légèrement différent ! “Les gens n’achètent pas un véhicule pour le revendre quelque temps après, mais préfèrent le garder suffisamment pour l’amortir et ainsi ne pas y perdre”, rappelle-t-on. Il faut dire que, généralement, un véhicule neuf, en fonction de sa marque et de sa motorisation (essence ou diesel), peut perdre jusqu’à 30% de sa valeur une fois les premiers 10 000 km franchis. Mais chez nous, cette formule n’est pas tout le temps applicable. C’est le cours de l’euro qui définit le prix du marché de l’automobile.

A. A./F. S./C. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER