Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

Gerald Lacaze, Président du directoire de Société Générale Algérie, à “Liberté”

“Notre ambition est d’être une banque de référence en Algérie”

Dans cet entretien, le premier responsable de la banque aborde les résultats de cette grande entreprise, présente ses produits, ses efforts en faveur du financement de l’immobilier et de l’investissement, ainsi que ses perspectives de développement à moyen terme.

Liberté : Comment analysez-vous l’importance du marché bancaire algérien ?
 Gerald Lacaze : Par le poids de son économie, l’une des plus importantes d’Afrique, de sa population, de ses ambitions et de ses ressources, l’Algérie dispose de nombreux atouts pour être l’un des pays phares du continent comme du bassin méditerranéen. Tout naturellement, le marché bancaire algérien revêt la plus grande importance pour le Groupe Société Générale, l’un des plus importants groupes bancaires européens, présent dans plus de 80 pays de par le monde.

Quelle a été l’évolution des résultats de Société Générale Algérie depuis l'implantation de la filiale ?
En dix ans d’existence, Société Générale Algérie est devenue l’un des acteurs majeurs du paysage bancaire algérien, aux côtés des banques publiques historiques et des nombreuses banques à capitaux privés qui se sont créées depuis l’ouverture de l’économie, encouragée par les autorités. Notre croissance s’est opérée de manière ordonnée tant en termes de produit net bancaire (PNB), de résultats, que de développement du réseau ou de la clientèle. 
Pour vous donner quelques chiffres, je citerai un PNB de 2 milliards de dinars en 2004, de 3,5  milliards en 2006, 8,4 milliards en 2008 et une cible de l’ordre de 12 milliards de dinars pour 2010. Les résultats, après impôts, jusqu’à aujourd’hui essentiellement réinvestis dans le développement de notre réseau, ont également suivi une croissance satisfaisante pour atteindre 2,5 milliards de dinars à la fin de l’exercice 2009.
Quant au réseau, il est passé de
8 agences en 2004, à 24 en 2006, à 53 en 2008, et se situe aujourd’hui à 63 (dont 9 en attente d’agrément pour opérer des opérations à l’international ou en devises). 18 autres agences sont également en attente d’agrément pour ouvrir leurs portes à la clientèle et 6 autres sont en travaux.
Le ralentissement constaté ces deux dernières années dans le rythme d’ouverture de nouvelles agences s’est malheureusement traduit par une diminution de la croissance de nos effectifs qui, de 416 en 2004, sont passés à 720 en 2006, puis à 1 200 en 2008, pour se stabiliser aujourd’hui à 1 300. Enfin, le nombre de nos clients s’établit, à la fin de septembre 2010, à 265 000, soit une croissance de l’ordre de 350% en moins de quatre exercices.

Pouvez-vous présenter de manière succincte vos nouveaux produits ?
Tout au long de son histoire, encore jeune, Société Générale Algérie a su innover au service de sa clientèle, tant en matière de nouveaux produits que de nouveaux services. Pour en citer quelques-uns, je rappellerai le lancement de notre offre leasing dès 2002, l’e-banking (banque à distance via internet) dès 2004, une offre adaptée aux professionnels (CashPharm, par exemple) ou à la communauté des Algériens résidents à l’étranger (en 2007), la mise en place d’un centre d’appels (Sogeline) en 2009 ou plus récemment le SMS-banking (Messagi), sans oublier, ces dernières années, des produits d’épargne adaptés comme l’épargne-logement (Rezki +) ou l’épargne-études (Meftah Najahi).

Quels sont les progrès réalisés par Société Générale Algérie en matière de politique d’octroi de crédits immobiliers ?
Société Générale Algérie a lancé une offre PPI (Prêts Personnels Immobiliers) dès 2005.  Ce produit répondait, au départ, à un élargissement de notre offre à la demande d’un segment “haut de gamme” de notre clientèle de particuliers.  Avec le développement de notre établissement, en particulier de nos fonds propres qui dépassent aujourd’hui les 20 milliards de dinars, de nos produits et encours d’épargne, notamment l’épargne logement (Rezki et Rezki+), et en droite ligne des orientations encouragées par les pouvoirs publics, nous avons développé notre offre de crédits à l’habitat, grâce à une formation adaptée de nos chargés de clientèle et la mise en place de processus de décision aussi rapides que possible. Le portefeuille de nos encours de crédits a ainsi fortement augmenté ces derniers mois, et nous espérons continuer cette croissance, notamment dans le cadre de la participation de Société Générale Algérie dans la distribution des prêts immobiliers à taux bonifiés.

Comment la banque compte-t-elle s’impliquer dans le financement des projets d’investissement dans le secteur productif ?
Société Générale Algérie, en tant que banque universelle de droit algérien, se développe au service de trois segments de clientèle : les particuliers, les professionnels (professions libérales, commerçants, artisans), mais aussi, et bien entendu, les PME et les grandes entreprises.
Pour ce dernier segment, notre organisation repose sur deux agences dédiées aux grandes entreprises (nationales et internationales), plusieurs centres d’affaires (à Alger et dans les grandes métropoles de province) dédiés spécifiquement aux entreprises et où sont basées nos expertises métiers, pour assurer une prestation de qualité, tant en matière de conseils que de traitement des opérations, mais aussi au niveau du siège, sur une direction banque de financement et d’investissement qui vient en appui du réseau tant au niveau du conseil que du montage de financements structurés pour les entreprises du secteur privé, notamment en matière de haut de bilan. Sans oublier, bien entendu, notre activité “patrimoniale” (conseils aux chefs d’entreprise en tant que clients particuliers) et l’appui des lignes métier du groupe, présentes sur les principales places financières d’Europe, d’Amérique ou d’Asie.
Aujourd’hui, nous sommes partenaires de plus de 5 000 entreprises algériennes, 18 000 professionnels et 240 000 clients particuliers.
 
Quelles sont les perspectives de développement de Société Générale Algérie ?
 Notre ambition reste de poursuivre le formidable développement que nous avons mené depuis maintenant 10 ans. Elle se matérialisera, dans le cadre de la politique et de l’environnement économique souhaités par les pouvoirs publics, mais elle est clairement affichée : un réseau de 150 agences à l’horizon 2015 (si nous obtenons les agréments indispensables pour opérer), le recrutement de plusieurs centaines de jeunes diplômés des grandes écoles algériennes (pour accompagner cette croissance), une présence dans toutes les wilayas, pour être toujours plus proche de notre clientèle (y compris dans le Sud où aujourd’hui nos agences de Ouargla et de Hassi Messaoud sont prêtes à ouvrir, alors que celle de Ghardaïa est opérationnelle depuis le début de l’année) ; une offre de produits et services bancaires toujours plus étoffée et adaptée.
Mais, au-delà des simples chiffres, notre ambition reste d’être une banque de référence du paysage bancaire algérien, d’où l’importance d’un service à la clientèle, où la qualité est le critère principal et indispensable de différenciation.  Société Générale Algérie a énormément investi ces dernières années sur la formation de nos collaborateurs, et nous continuerons à le faire pour porter fièrement les valeurs du Groupe : Professionnalisme, Esprit d’équipe et Innovation, tout en agissant au quotidien en tant que banque citoyenne au service de l’économie nationale.