Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

Le P-dg d’Aigle Azur à Liberté

“Nous assurerons 200 vols par semaine”

Dans cet entretien, le premier responsable de la compagnie de transport aérien nous livre les clarifications et annonce les différentes dispositions prises pour faire face au flux des émigrés durant la saison estivale. Aussi bien sur le nombre de vols  que sur les villes desservies, Idjerouidene  dresse un tableau exhaustif des
mesures décidées.

Liberté : Quelles sont les dispositions prises par votre compagnie dans  le cadre de la saison  estivale ?
M. Arezki Idjerouidene : Comme chaque année depuis la reprise d’Aigle Azur par GOFAST, la saison estivale a toujours constitué pour nous la période la plus importante, mais aussi la plus sensible.
Nos prévisions sont toujours faites dès le début de l’année, en fonction des résultats de l’année précédente, de la progression de la demande enregistrée durant l’hiver et des moyens susceptibles d’être mis en place pour cette période, et chaque année Aigle Azur concentre et ajuste ses efforts en fonction de ces paramètres.
Pour la saison 2005, 450 000 sièges environ seront mis à la disposition des passagers entre la France et l’Algérie, ce qui représente près de 50% de progression par rapport à l’été 2004. Ce chiffre n’est pas définitif puisqu’il faut compter également avec les vols supplémentaires qui seront mis en place en fonction de la demande et de la disponibilité des appareils. Ce chiffre vous donne déjà, une idée des moyens humains et matériels que nous allons mettre en place pour assurer le bon déroulement de la saison. D’autant qu’Aigle Azur a entamé, depuis 2004, une refonte et un rajeunissement total de sa flotte au profit d’Airbus, elle disposera donc à terme, d’une flotte entièrement renouvelée de 8 appareils, 4 A320 et 4 A321 dont la moyenne d’âge se situera autour des 3 ans et demi.

Où situez-vous Aigle Azur et quelle est votre  part du marché national algérien ?
Comme vous le savez, Aigle Azur s’est inscrite depuis longtemps dans le paysage aéronautique français et algérien. Aussi doit-on considérer le marché sous deux aspects, le marché France-Algérie et le marché domestique.
Ce dernier, pour l’instant, ne nous concerne pas. Quant au premier, la part que s’est attribuée Aigle Azur se situe globalement autour de 23,4%, mais ce chiffre risque d’être vite dépassé au vu de l’évolution de la fréquentation de nos lignes. La seule ligne Paris-Alger représente 38,27% de part de marché pour l’année 2004. Pour 2005, notre objectif est d’atteindre les 42%.

Avez-vous des projets d’extension de votre réseau et d’ouverture de nouvelles lignes ?
Avant de vous répondre, je tiens d’abord à préciser que depuis que l’Algérie est desservie par voie aérienne, c’est-à-dire à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, jamais une compagnie exogène n’a exploité de programme aussi dense et aussi varié comme le fait Aigle Azur aujourd’hui.
`C’est vous dire combien je tiens à cette destination, et cela pour diverses raisons, notamment et surtout, celles du  cœur. C’est pour cela que je suis très attentif à ce qui se passe en Algérie, particulièrement au niveau du transport où je tiens à apporter une modeste contribution à son développement.
Aujourd’hui, Aigle Azur dessert 8 grandes villes en  Algérie au départ de 7 aéroports français. Notre objectif, pour cette année, est d’affiner notre offre sur les lignes existantes par une augmentation des fréquences, environ 50% depuis 2003, d’ouvrir de nouvelles lignes au départ de la France, notamment Bordeaux et Nice et d’ouvrir également de nouvelles escales en Algérie, Batna dès cette année et Sétif dès l’ouverture de son aéroport.
Vous voyez que sur ce plan-là nos prévisions sont plus qu’éloquentes.

Pensez-vous que les tarifs actuels, qui ne cessent de grimper, ne sont pas une contrainte pour votre clientèle ?
Aujourd’hui, la tendance est plutôt à la baisse en Algérie étant donné la forte hausse du prix du carburant. En effet, Aigle Azur a lancé des tarifs promotionnels avec des réductions allant de 15 à 30% au départ d’Algérie.
La nouveauté de ces tarifs est qu’ils sont accessibles à tous. Jusque-là, les réductions étaient ciblées en fonction de l’âge, de la situation familiale, etc. Pour nous l’innovation, c’est de permettre à tous d’en bénéficier. Ces réductions ont eu pour effet de doper le marché, et ceci s’est vérifié sur le terrain, par une augmentation non négligeable de la fréquentation de nos vols.

Comment se présente  la coopération avec Air Algérie ?
Nous avons d’excellentes relations avec la compagnie nationale. Des accords interlignes ont été signés entre nos deux compagnies depuis 2002 et Aigle Azur s’est toujours positionnée comme compagnie complémentaire.
La coopération et la concertation mutuelle nous permettent, entre autres, d’établir ensemble la programmation de nos vols en fonction des besoins et des intérêts de tous nos passagers.

M.A.O