Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Environnement

En bref ...

Énergies renouvelables : Boutarfa bouscule les idées reçues
Intervenant sur les ondes de la Radio nationale, Noureddine Boutarfa, ministre de l’Énergie, estime que l’endettement extérieur pour financer les projets dédiés “au renouvelable est la solution idoine dans la conjoncture économique que traverse le pays”. Plaidant dans le même temps pour consacrer les ressources disponibles afin de financer les infrastructures, la santé et l’éducation en priorité. Cela peut paraître un recours de bon sens, d’autant que le programme des énergies renouvelables (ENR) est érigé par le chef de l’État en priorité nationale. Mais l’ancien DG de Sonelgaz ne pose le problème qu’à moitié : il ne dit pas que même dans une situation d’aisance financière le coût de ce programme n’est pas dans les capacités du pays. Le ministre plaide-t-il pour le retour à l’endettement extérieur ou pour les financements du programme des ENR ? Par ailleurs, il faut reconnaître à M. Boutarfa un discours de vérité lorsqu’il déclare qu’il faut “chercher des investisseurs étrangers qui apportent la technologie et le financement en même temps” ou que le cadre légal du programme national dédié au renouvelable pose problème et n’encourage pas les investissements.

CoP22 à Marrakech : “Nous serons dans les délais”
“Le Maroc est dans les délais, toutes les dispositions sont prises et les préparatifs vont bon train pour accueillir la 22e Conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CoP 22)”, a déclaré, mardi 6 septembre à Rabat, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Cherki Drais. Les propos du ministre marocain ont été tenus lors d’une rencontre avec des journalistes de 28 pays africains en tournée dans le royaume chérifien, précisément à l’invitation du comité de pilotage de cette CoP22, prévue à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016. Abordant les questions de sécurité, Cherki Drais a indiqué que “dans le cadre de la CoP22, les rapports entre le Maroc et les Nations unies sont régis par un accord de siège. La zone bleue est assurée par l’ONU et le reste relève de la compétence des autorités marocaines”. Le journal La Nouvelle Tribune qui rapporte l’information ajoute que “lors de leur séjour au royaume, les journalistes africains auront l’occasion de participer à la CoP Academy, de visiter la centrale solaire NOOR Ouarzazate et couvrir également le Sommet de la défense et changement climatique, le 7 septembre à Skhirat. Les représentants des médias africains assisteront en outre aux consultations des négociateurs informels les 8 et 9 septembre avant de participer à l’événement The Energy Transition, INDCs, and the post-CoP21 agenda, organisé par le comité scientifique de la CoP22 et l’OCP Policy Center les 8 et 9 septembre”.

R. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER