Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Appels d’offres pour les énergies renouvelables

Gel ou abandon ?

Subitement le sujet des appels d’offres pour la production de 4 000 mégawatts d’énergies renouvelables est devenu tabou après une sur-communication institutionnelle et un tapage médiatique qui a duré près de six mois. Prévu pour janvier 2017 puis reporté à la fin du mois de mars, le lancement de ces appels est bloqué sans aucune explication publique. Les ministres de l’Énergie et de l’Industrie et des Mines, qui se sont longtemps disputés le pilotage de l’opération, sont devenus aphones sur la question après le limogeage du PDG de Sonatrach et son remplacement, au pied levé, en pleine préparation des cahiers des charges. Élevée au rang de priorité nationale par le chef de l’État, la promotion de l’énergie renouvelable semble, elle aussi, la proie d’intérêts occultes qui se disputent le contrôle des investissements à travers le choix des partenaires étrangers qui seront associés au projet (Liberté  du 23-03-2017, Lobbyings et ballets diplomatiques). Si Abdeslam Bouchouareb, le ministre de l’Industrie et des Mines ne s’exprime plus sur le sujet, le Premier ministre, Abdelmak Sellal, et son ministre de l’Énergie, Noureddine Bouterfa, se contentent de déclarations de principe à l’occasion de sorties sur le terrain.
Le ministre de l’Énergie et actuellement ministre des Ressources en eau et de l’Environnement par intérim, pour cause de l’implication de son collègue dans les élections législatives, a inauguré, dans la wilaya déléguée de Djanet (Illizi), une centrale solaire d’une capacité de production de 3 mégawatts. Il a fait l’annonce d’un projet de centrale électrique de 36 mégawatts à Djanet, qui devra entrer en service vers la fin 2018-début 2019. Selon lui, “cette future centrale permettra de renforcer les capacités d’approvisionnement en électricité de la wilaya déléguée de Djanet, à vocation touristique par excellence, d’assurer son autosuffisance en la matière et de contribuer au développement de différentes activités industrielles dans la région” (CDER).
De son côté, Abdelmalek Sellal a inauguré une unité de panneaux photovoltaïques à Aïn Yagout (Batna), le 24 avril. Selon la presse, il a salué l’orientation du secteur privé dans l’investissement dans les énergies renouvelables et a insisté sur “la création d’un pont avec l’université afin d’assurer des formations pratiques et de fournir pour le secteur des énergies renouvelables des compétences qualifiées.” Il a annoncé aussi qu’une clause rendant obligatoire l’exploitation de l’énergie solaire dans les équipements publics sera introduite dans les cahiers des charges relatifs à ces projets.
De son côté, le nouveau PDG de la Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, s’est rendu à Paris, le 27 avril, pour déclarer que son groupe vise à diversifier ses activités et, également, à investir de plus en plus dans les sources d’énergies renouvelables, en particulier dans l’énergie solaire dont l’Algérie en bénéficie en abondance. “Nous sommes déterminés à développer nos ressources en tenant dûment compte des préoccupations sociales et environnementales”, parlant du gisement important du solaire dans notre pays.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER