Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Transport propre

Les trains hollandais roulent à la force du vent

Depuis le premier janvier 2017 tous les trains électriques des Pays-Bas roulent désormais à l'énergie éolienne. Pour rappel, en juin 2015, le tribunal de La Haye avait condamné les Pays-Bas à réduire d'au moins 25% leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2020, par rapport à 1990. L'une des pistes envisagées par le gouvernement néerlandais était d’opérer rapidement la transition énergétique du réseau ferré sachant que  20% des émissions de CO2 sont imputables à la mobilité dans le pays.
Selon Futura Sciences, la compagnie nationale ferroviaire NS transporte de l'ordre de 600 000 voyageurs quotidiennement à travers les Pays-Bas. Des voyages en train qui consomment quelque 1,4 TWh d'électricité par an. Leur électricité provient désormais de fermes éoliennes situées pour une moitié aux Pays-Bas et pour l'autre moitié en Belgique et même en Scandinavie. L'objectif de cette diversification géographique est double : éviter une flambée des tarifs pour les autres usages de l'énergie éolienne dans le pays, par manque de disponibilité et garantir la continuité de la ressource au fil du temps. Une éolienne qui fonctionne durant une heure peut produire suffisamment d'énergie pour permettre à un train de rouler sur 200 kilomètres. Et les partenaires du projet espèrent par ailleurs réussir à réduire, d'ici 2020, la quantité d'énergie consommée par voyageur de 35% par rapport aux chiffres affichés en 2005.
NS vient aussi de conclure un contrat avec le fournisseur d’énergie néerlandais (Essent) qui permet dès cette année de chauffer les locaux de la NS et une grande partie des quelque 400 gares ainsi que les aiguillages, avec du gaz extrait à partir de biomasse (épluchures de fruits, fumier...). Comme quoi “la transition énergétique, certains en parlent, d’autres la mènent”. Moins de deux ans après avoir pris l’engagement de passer au tout renouvelable, le réseau ferroviaire est aujourd’hui alimenté exclusivement par une électricité d’origine éolienne.

R. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER