Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Medcop Climat 2016

Ultime étape avant la CoP22 à Marrakech

 Les 18 et 19 juillet 2016, près de 2000 représentants de grandes villes, de régions, d’entreprises engagées dans la transition énergétique, d’unités et centres de recherches et d’ONG des 22 pays qui entourent la Méditerranée se sont retrouvés à Tanger (Maroc). Cet important événement avait pour objectifs de concrétiser l’engagement des pays de la grande bleue dans la lutte contre les changements climatiques par une mise sous orbite et un partage de solutions d'adaptation dans une région d’une grande vulnérabilité. Cette réunion est en quelque sorte la réplique du forum organisé à Marseille en France l’année dernière, prélude, lui-même, à la tenue de la CoP21 (Paris). Mais pas uniquement, puisque cette Medcop (Cop méditerranéenne) réaffirme la dimension régionale de la lutte contre les effets du changement climatique. On peut donc espérer que le principe d’une conférence annuelle soit acquis pour mettre en œuvre des mesures à la hauteur de l’épuisement accéléré des ressources halieutiques, le stress hydrique et une élévation de la température moyenne qui “pourrait atteindre 3,5 degrés à la fin du siècle [dans la région], contre 2 degrés à l’échelle du globe”. Passée pratiquement inaperçue chez nous, peut-être aussi en raison d’un calendrier bousculé par plusieurs imprévus, la réunion est le dernier grand rendez-vous avant la tenue de la CoP22. En effet, à la cascade de défaillances de François Hollande dont la présence a été évoquée, le deuil national en France après l’attentat de Nice a vu aussi l’absence de Ségolène Royal, la présidente de la CoP21, et même Salaheddine Mezouar, le chef de la diplomatie marocaine et président de la CoP22, est allé plaider à Kigali au sommet de l’Union africaine le retour de son pays au sein de l’organisation continentale. Un malheur n’arrivant jamais seul, comme on dit, au même moment le roi Salmane d’Arabie saoudite a jeté son dévolu sur la ville de Tanger pour célébrer le mariage d’un de ses fils. Les hôtels de la ville ont été envahis par les convives de sa majesté wahhabite, ce qui a mis les organisateurs de cette Medcop, pourtant prévue de longue date, dans l’impossibilité de loger les participants et les nombreux journalistes.


R. S.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER