Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Marché carbone européen

Un compromis boiteux

Les ministres européens de l’environnement ont adopté un texte de compromis après près de deux années de négociations. Cet accord mitigé, rejeté par l’Italie et la Pologne en particulier, pourra-t-il faire remonter durablement le prix de la tonne de CO2 sur le marché pour lutter contre le changement climatique ?
Rappelant que l’inefficacité du marché carbone est du fait de l’abondance d'offres de quotas et de la très faible demande. Cette situation a été aggravée par les fraudes à la TVA de grande ampleur et de vols de quotas. La déprime de ce marché a fait retomber le prix de la tonne à 5 euros en 2012. Le bilan est sans appel pour l’Europe. Résultat : parmi les facteurs de la réduction des émissions de CO2 dans les installations concernées par le marché, seuls 0 à 10% de cette baisse seraient attribuables au prix du carbone lui-même ; 50% sont dus au déploiement des énergies renouvelables, 30% à la crise économique et 10 à 20% aux politiques d’efficacité énergétique (novethic.fr). L’accord prévoit entre autres une baisse annuelle du nombre de quotas alloués de 2,2%, une limitation des quotas vendus aux enchères à 55% du total des quotas, ce qui augmente la partie des quotas gratuits de 43% à 45%, un effort des États pour ne pas utiliser plus de 25% des recettes issues du marché carbone pour aider indirectement les industries les plus touchées… Selon Thomson Reuters (marché financier), ces mesures “pourraient permettre de faire remonter le prix de la tonne de CO2 aux alentours de 16 euros en 2020 puis vers 30 euros en 2030”.
Dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique, l’Assemblée nationale française a fixé comme objectif de quadrupler entre 2016 et 2030 le prix carbone. Son prix, fixé à 22 euros la tonne de CO2 en 2016 (pour être dans la trajectoire dans l’accord climat de Paris), passera à 56 euros en 2022, puis à 100 euros en 2030. On est très loin du compte.

R. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER