Scroll To Top

L’Algérie profonde / Est

Lutte contre la prostitution à Bordj Bou-Arréridj

13 personnes, dont 4 femmes, arrêtées à El-Anasser

© D.R.

Les éléments de la Gendarmerie nationale du groupement de Bordj Bou-Arréridj ont effectué, en fin de semaine, une opération de contrôle qui a ciblé deux maisons et un commerce dans la commune d’El-Anasser (5 km du chef-lieu de wilaya). Durant l’opération, apprend-on par le biais d’un communiqué, il a été procédé à l’arrestation de 14 personnes, dont 4 femmes de mœurs légères, et la saisie de préservatifs, des pilules contraceptives, de psychotropes, de kif et d’armes blanches ainsi que 27 bouteilles de coktail Molotov prêtes à être utilisées. Cette opération a permis de démanteler ce réseau constitué de 13 personnes âgées de 21 à 45 ans, qui louaient des appartements et un magasin pour s’adonner au racolage et à la prostitution. 

Une procédure judiciaire, lit-on encore dans le communiqué, a été instruite à leur encontre pour “création de lieu de débauche et prostitution”, “incitation à la débauche par la tentation”, “possession de drogue”, “possession d’armes blanches”, etc. Présentés au parquet, huit des treize individus ont été placés sous mandat de dépôt, alors que les cinq autres ont été placés sous contrôle judiciaire. Cette opération a été bien accueillie par la population, surtout que cette petite commune abrite une ville universitaire et des proies faciles à soudoyer. 

Elle lève le voile sur le développement d'un nouveau type de prostitution, fondé sur une exploitation des misères et une évolution du rapport des jeunes filles à leur corps et à son usage. Ce qui frappe avec cette affaire de prostitution, c’est son caractère professionnel dans un milieu très structuré de filières locales et nationales (proxénètes, rabatteurs, système de roulement, des locaux de débauche, des fichiers de clients…), mais qui explique aussi qu’autant de jeunes filles se soient laissées prendre dans les mailles d’un filet apparemment attrayant. Il faut dire que ces proxénètes opèrent avant tout dans les quartiers populaires et de la proche banlieue et promettent aux jeunes filles, souvent dans une situation économique et familiale difficile, la possibilité de se faire de l’argent. Beaucoup d’argent. Et rapidement. 

Chabane BOUARISSA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER