Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Journée de vulgarisation sur la production de lait cru à BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

Accroître la production

© D.R.

Une rencontre portant sur la vulgarisation des techniques consacrées à la production de lait cru dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj a été organisée, lundi, par la laiterie de Medjana, regroupant les professionnels et des représentants des structures d'animation relevant du secteur. En cette occasion, des techniciens et des spécialistes de la filière ont tenu à expliquer que cette journée, qui est ouverte aux fellahs et autres éleveurs des 34 communes de cette wilaya, se préoccupe de la conduite des techniques consacrées à la production de lait cru et de la production animale afin d'accroître leur production. “Il a été question également de la stratégie à entreprendre en vue d'assurer l'autosuffisance et la sécurité alimentaire du pays, surtout en lait cru”, dira Laïdi Kamel, qui espère un jour voir réduire l’importation de la poudre de lait.
Tour à tour, les conférenciers ont fourni des explications aux éleveurs sur l’alimentation (types d’aliments, compléments alimentaires, dosages, etc.). Prenant la parole, certains éleveurs ont soulevé les problèmes qu'ils rencontrent tels que le choix des vaches importées. “Il faut impliquer les éleveurs et des spécialistes dans l’importation des vaches. Il faut des connaisseurs”, demandent les intervenants, qui rappellent que les vaches importées de France, par exemple, n’offrent pas la quantité de lait espérée. “Au lieu d’acheter 100 vaches qui produisent 10 l/j, il est préférable d’importer 50 vaches qui donnent 20 l/j”, explique Djamel Lahouassa, un des spécialistes présents. Ce dernier propose la création d’une sélection locale, une pépinière à notre niveau et aussi interdire l’abattage des femelles sélectionnées. “L’alimentation seule ne peut rien changer, c’est la vache sélectionnée qui peut produire plus de lait”, précise notre interlocuteur. Pour les éleveurs, cette journée est très instructive. “Elle nous a permis de clarifier plusieurs points, surtout celui de l’aliment de bétail et le choix de la vache laitière”, dira un des éleveurs de la région de Medjana.


Chabane BOUARISSA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER