Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Algérie Profonde

Bréves de l'Est

À l’approche de la fête de l’Aïd : La vente informelle du cheptel ovin se propage à Sétif
 La direction des services agricoles de Sétif a mis en place, depuis le 15 août, pas moins de 26 points de vente et 22 marchés aux bestiaux répartis sur tout le territoire de la wilaya. En dépit de l’instauration de ces sites réglementés, les points de vente informels se multiplient dans les quatre coins de la wilaya à quelques jours seulement de la fête de l’Aïd El-Adha. Ils sont localisés dans de nombreux villages des communes de Sétif, entre autres, Bir El-Arche, Belaâ, Hammam Soukhna, Beidha Bordj, Babor et Guenzet. Aussi, plusieurs dizaines de points de vente de moutons improvisés ont vu le jour dans le chef-lieu de wilaya et El-Eulma, allant jusqu’à l’installation de panneaux publicitaires pour attirer les clients. Sans oublier les jeunes qui procèdent à la vente des bottes de foin dans les quartiers. À souligner que les ovins exposés à la vente dans ces endroits échappent souvent au contrôle vétérinaire. Quant aux prix, ils varient entre 35 000 et 70 000 DA. “Les prix pratiqués dans les points de vente informels sont plus élevés que dans les marchés aux bestiaux. Les vendeurs ou revendeurs imposent toujours leur diktat et les prix ne sont pas négociables”, indique-t-on. Par ailleurs, ces points de vente arrangent notamment ceux qui habitent dans l’exiguïté. “Le seul avantage est de pouvoir laisser le mouton jusqu’à la veille de l’Aïd. Car j’habite dans un immeuble et je n’ai pas assez d’espace”, nous dira un habitant d’El-Eulma.
AMAR L.

L’accident a fait huit blessés à Sétif : Gigantesque carambolage sur l’autoroute Est-Ouest
Un carambolage est survenu, lundi vers 21h13, sur l’autoroute Est-Ouest au sud de la zone industrielle de Sétif impliquant 2 camions, un bus et 5 véhicules légers a indiqué la Protection civile de Sétif. L’accident a fait 8 blessés à différents degrés, soit les deux chauffeurs des camions et 6 voyageurs âgés entre 30 et 51 ans. L’accident s’est produit suite à une collision entre deux camions sur l’autoroute avant le reversement d’un camion. Un bus assurant la desserte Tébessa-Tlemcen et 5 voitures sont entrés en collision, et ont perturbé la circulation pendant quelques heures. La Protection civile a mobilisé 8 groupes, 4 camions d’intervention, 4 véhicules de secours et 2 véhicules de communication pour évacuer les blessés à l’hôpital, et éloigner les camions et le bus de la voie, et nettoyer la route des sables pour rouvrir la circulation devant le trafic routier après 4 heures de perturbation. Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie nationale pour déterminer les causes de cet accident.
A. LOUCIF

MILA : Manœuvre de la Protection civile au silo à grains de Rajas
Le silo à grains de la ville de Rajas, à l’ouest de Mila, a été, lundi, le théâtre d’une manœuvre de la Protection civile. L’exercice a consisté en le sauvetage, l’organisation des secours et l’évacuation de personnes ensevelies sous les décombres ou restées inaccessibles au deuxième étage d’un bâtiment qui a pris feu suite à un tremblement de terre. Utilisant des techniques d’intervention inspirées de celles employées dans les milieux militaires, les sapeurs-pompiers de l’unité secondaire de la daïra de Rajas ont fait preuve d’une grande maîtrise du plan de sauvetage qu’ils ont exécuté sans faute et surtout dans un temps record. Les victimes du drame simulé, celles isolées par le feu ou encore les deux personnes emprisonnées par les décombres, ont été récupérées et remises aux secouristes d’une manière qui a suscité l’admiration de la foule présente sur place. Supervisée par le directeur du secteur à Mila, la simulation a connu la participation de 35 agents et la mobilisation de 2 camions de transport et 4 ambulances
Kamel B.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER