Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Entreprise de construction turque (MAPA)

Des dizaines de travailleurs remerciés à Sétif

© D.R.

Plusieurs dizaines de travailleurs de l’entreprise turque Mapa, chargée de la réalisation du tronçon de l’autoroute El-Eulma – Jijel, ont été remerciés, le week-end dernier. L’entreprise, dont la base de vie se trouve dans la commune de Béni Fouda, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Sétif, est confrontée depuis plus d’une année à une situation financière difficile. “Ce n’est pas la première fois que cette entreprise procède à la libération des travailleurs. Le mois de Ramadhan dernier seulement, cette dernière en a libéré plusieurs dizaines”, nous dira un représentant des travailleurs, dont des conducteurs de camions et d’engins, des maçons, des ferrailleurs, des agents de sécurité et ouvriers. “Nous sommes à plus de 50 agents de sécurité qui sont concernés par cette décision. On m’a appelé par téléphone pour m’informer de la fin de mon contrat. Les responsables de l’entreprise nous ont promis de nous convoquer quand la situation se sera améliorée”, ajoutera notre interlocuteur.
Outre le fait que cette décision conduit ces travailleurs au chômage, ces derniers attendent toujours le versement de quatre salaires. “Cela fait quatre mois que nous attendons le versement de nos salaires, en vain. Nous avons des familles à charge. Nous n’avons rien pour acheter le mouton de l’Aïd El-Adha et couvrir les besoins de nos enfants. Nous demandons des solutions concrètes à ce problème qui n’a que trop duré”, a tenu à expliquer un conducteur de camion remercié. Aussi, il n’y a aucun syndicat pour défendre les droits et les intérêts des travailleurs dans cette entreprise. L’entreprise a, dès le début, avorté toute tentative de constituer un syndicat. D’ailleurs, un chauffeur qui avait pris l’initiative d’être le représentant des travailleurs a été licencié quelques jours seulement après son recrutement. Enfin, on signale que des dizaines de travailleurs turcs sont déjà repartis, ces derniers jours, dans leur pays.


A. LOUCIF


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER