Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Il constitue un segment de logement attractif

Forte demande de l’aide à l’habitat rural constatée à Sétif

Tous les dossiers ont été transférés à la direction de l’habitat pour étude. ©D. R.

Au moment où des milliers de dossiers s’accumulent depuis des années, le quota accordé à la wilaya a été sensiblement réduit.

L’habitat rural est l’une des formules de logement la plus convoitée par les habitants de la wilaya de Sétif. La demande de la population de ce type de logement est en augmentation constante. Des milliers de demandes ont été déjà déposées au niveau des services des 60 communes que totalise la wilaya de Sétif.
Depuis que l’État a décidé d’appliquer la politique d’austérité, en raison de la chute du prix du pétrole, le quota accordé à la wilaya a été sensiblement réduit et les aides bénéficient à quelques communes seulement. En effet, plusieurs communes n’ont pas bénéficié de ces aides durant ce mandat qui s’achève dans un peu plus de deux mois. De nombreux présidents d’APC estiment que les quotas accordés, ces dernières années, sont insuffisants par rapport au nombre de demandes formulées. Le P/APC de la commune d’Aïn Oulmène a souligné que les services de sa municipalité ont recensé pas moins de 1400 demandes. “Notre commune n’a bénéficié d’aucun quota depuis 2010, et ce, en dépit du fait que nous comptons plus de 500 postulants qui disposent d’un acte de propriété comme exigé par le décret exécutif n° 15-19 relatif aux actes de l’urbanisme. Tous les dossiers ont été transférés à la direction de l’habitat pour étude mais nous n’avons aucune réponse jusqu’à maintenant”, ajoutera notre interlocuteur.
Par ailleurs, la commune de Aïn Azel située à 30 kilomètres au sud de Sétif, compte pas moins de 1400 dossiers. Selon un responsable de l’APC, la commune est privée de ce type de logement depuis 2012. Au nord de Sétif, la population de cette région montagneuse préfère une habitation individuelle conforme à son mode de vie, au lieu de logements collectifs. Les services de la commune de Bousselam enregistrent le dépôt de 1160 dossiers, dont 860 ont été transférés à la direction de l’habitat depuis longtemps. “Le dernier quota de 140 aides dont a bénéficié notre commune remonte à 2012. Depuis, aucune aide n’a été attribuée à notre commune”, nous dira le P/APC. De son côté, le P/APC de Drâa Kbila a tenu à souligner que ses services ont reçu depuis 2013, pas moins de 618 dossiers dont 284 ont été transférés à la wilaya. “Notre commune a bénéficié de 115 aides à l’habitat rural en 2013. Depuis cette date, les dossiers s’accumulent”, ajoutera notre interlocuteur. Même les quotas qui ont été accordés à quelques communes sont jugés insuffisants par les maires. Ils sont limités aussi par les critères arrêtés pour l’octroi de ce type de logement, notamment celui lié à l’acte de propriété comme le définit clairement le décret exécutif n°15-19 relatif aux actes de l’urbanisme. Les présidents d’APC ainsi que les postulants ont insisté sur la nécessité d’attribuer de nouveaux quotas pour résorber un tant soit peu la forte demande de l’aide à l’habitat rural.

A. LOUCIF


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER