Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Célébration du 24 février à Mila

Le syndicat des enseignants universitaires occulté

©D. R.

La branche syndicale des enseignants du centre universitaire de Mila n’a pas été conviée à participer à la célébration du 24 février.
Un fait du reste insolite, voire contre nature, si l’on sait que ladite branche syndicale est une section de l’UGTA et que la journée du 24 février est une date historique pour l’auguste Union générale des travailleurs algériens.
En effet, au moment où des parties extérieures à l’organisation syndicale de Sidi-Saïd ont été officiellement conviées à prendre part à la manifestation, la branche syndicale représentant les enseignants du centre universitaire de Mila, où a eu lieu pourtant une partie des activités prévues pour la circonstance, a été tout simplement occultée “délibérément”, pour reprendre le terme d’un communiqué envoyé à notre bureau à Mila. En effet, dans un texte sulfureux rendu public par ladite section syndicale, les représentants des enseignants du centre universitaire déplorent, avec les termes les plus puissants, le fait de ne pas être “associés, en tant que partenaire social, à un rendez-vous national aussi important que celui du 24 février”. Qualifiant le fait de “grave précédent et d’acte prémédité”, les auteurs du communiqué s’en prennent au directeur du centre et à certains de ses collaborateurs, les accusant d’“autoritarisme et de comportements dignes du temps révolu du parti unique”. Les syndicalistes du centre universitaire rappellent, par ailleurs, que leur section n’en est pas à sa première épreuve avec les responsables du campus. “Nous avons été écartés lors de la visite effectuée, la semaine passée, par Mohammed Mebarki, le ministre de l’Enseignement supérieur, à Mila. Toutefois, ces actes innommables, en totale contradiction avec le discours d’ouverture longtemps remâché en public par les responsables du centre, ne feront que renforcer notre volonté et notre détermination d’aller de l’avant pour défendre les droits de la corporation des enseignants du centre et les idéaux de l’UGTA”, conclut-on encore.

K. B.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER