Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Événement Auto

INDUSTRIE AUTOMOBILE

Ford et Renault dominent la tendance en Afrique

Si les Américains vont faire leur entrée dans le continent avec un investissement de 170 millions de dollars, la marque au losange affiche son offensive avec une bagatelle de 912 millions d’euros.

Le constructeur automobile américain Ford vient d’annoncer qu’il allait investir 2,5 milliards de rands (170 millions de dollars) dans une usine en Afrique du Sud pour y accroître sa production. L’entreprise veut étendre son activité en Afrique du Sud dans l’usine d’assemblage Silverton à Pretoria, afin de produire sa nouvelle version (du 4x4 de ville) Ford Everest, ainsi que le nouveau (pick-up) Ford Ranger lancé à la fin de l’an dernier. Cet investissement va créer environ 1200 nouveaux emplois dans la filiale de Ford en Afrique du Sud et au sein de son réseau de fournisseurs sud-africains. En produisant l’Everest en Afrique du Sud, Ford sera capable de le rendre plus facilement disponible et dans une plus grande variété de modèles pour les clients d’Afrique sub-saharienne. Cet investissement réaffirme l’importance de ces marchés dans la stratégie de croissance au Moyen-Orient et en Afrique pour les Américains. La production de Ford Everest à Pretoria débutera au troisième trimestre, et l’usine devrait, à terme, en produire 10 000 unités par an.
Le groupe va aussi augmenter ses capacités de production de la nouvelle Ranger, actuellement à son maximum à l’usine de Silverton. Parallèlement, le constructeur automobile français Renault a signé à Rabat des partenariats avec le Maroc portant à terme sur plus de 900 millions d’euros d’investissements et 50 000 emplois dans le but d’y construire un écosystème industriel. Ce projet stratégique à lui seul va donner 50 000 nouveaux emplois au Maroc et regrouper plus de 10 milliards de dirhams d’investissement (environ 912 millions euros).
La signature de ce contrat s’est déroulée en présence du roi Mohammed VI. Pour le Maroc, la convention avec le constructeur français va changer définitivement le secteur automobile dans ce pays, par ailleurs premier secteur exportateur du royaume depuis trois ans. Les conventions signées avec le gouvernement marocain vont plus que doubler le chiffre d’affaires de Renault au Maroc avec un objectif de deux milliards d’euros dans quelques années. Il faut noter que l’Afrique, Moyen-Orient et Inde sont le premier marché de Renault hors de l’Europe avec 360 000 unités, et les ventes du constructeur français y ont progressé de 16,9% en 2015, avec de bons scores au Maroc (+11,5%) et en Algérie (+8,7%), selon des chiffres publiés en janvier.
L’année dernière, le groupe au losange (Renault, Dacia et Samsung Motors) a enregistré une hausse de 3,3% de ses ventes mondiales, à 2,8 millions d’unités. Renault et son allié Nissan, alliés depuis 1999, forment le quatrième groupe automobile mondial en volume.


Farid BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER