Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Événement Auto

INDUSTRIE AUTOMOBILE EN ALGÉRIE

Le discours contradictoire de Sellal et de Bouchouareb

Le compte à rebours a commencé pour les concessionnaires automobiles. Dans 5 mois, en plus des 30 importateurs qui vont fermer, les autres, à savoir les 40 exclus de la liste des quotas, disparaîtront à jamais de “l’historique automobile”.

Les concessionnaires automobiles, surtout ceux qui ne savent pas s’ils résisteront en janvier 2017 à la mauvaise météo, ne savent plus où donner de la tête. Pour cause, ils n’arrivent plus à se situer dans un paysage automobile complètement déstructuré, notamment avec un manque de visibilité concernant les lois régissant l’industrie automobile.
Et si le cahier des charges relatif à l’exercice de l’activité des véhicules neufs est clair comme l’eau de roche, celui lié à l’investissement est remis en cause.
Pour cause, les importateurs qui ne développent pas une activité d’ici 5 mois n’ouvriront pas droit au renouvellement de l’agrément et, du coup, ne pourront pas postuler aux licences et aux quotas d’importation.
Toute la contradiction est là. Le Premier ministre Abdelmalek Sellal est revenu à la charge, jeudi dernier à partir d’Oum El-Bouaghi, et a lancé un appel aux opérateurs à investir dans la fabrication des pièces détachées automobiles. S’adressant aux investisseurs notamment ceux versés dans l’importation des pièces détachées, M. Sellal a souligné qu’il était temps de passer à une deuxième étape dans le créneau de la pièce détachée en procédant à réaliser des usines de fabrication locale. Pour Sellal, le problème du montage est définitivement réglé. Autrement dit, la liste des concessionnaires qui ouvriront des usines en Algérie est “clôturée”. Il ira jusqu’à mettre le paquet en annonçant que le problème du foncier industriel ne se pose pas dans la wilaya d’Oum El-Bouaghi, d’autant qu’une nouvelle zone industrielle d’une superficie de 400 ha est prévue à Ouled Gacem, et d’insister que l’État œuvrera pour aider et accompagner tout investissement en mesure de créer des richesses.
La messe est dite, Sellal venait de confirmer la détermination de son ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, qui avait annoncé que le délai arrêté à début 2017 et accordé aux concessionnaires automobiles pour créer une activité industrielle ne sera pas prorogé. Et à Bouchouareb d’épingler son Premier ministre et remettre en cause sa propre démarche en rappelant que “la loi de finances 2014 fait obligation aux concessionnaires automobiles de créer une activité industrielle et leur a accordé un délai de trois années à cette fin, le délai ne sera pas prolongé (…) Je ne peux pas enfreindre la loi”.
Nous voilà, le ministre insistait, en marge de la présentation de la loi relative à l’investissement au Conseil de la nation, que les délais ne seront pas prorogés, sans souffler mot sur le cahier des charges relatif à l’investissement dans l’industrie automobile.
De contradiction en contradiction, M. Bouchouareb a emboîté le pas au Premier ministre qui, lors de sa dernière visite à Tiaret, a rappelé aux concessionnaires nationaux et étrangers activant en Algérie la nécessité de se plier à cette disposition de la loi de finances 2014.


FARID BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER