Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Événement Auto

RARES LES CONCESSIONNAIRES QUI Y ONT PARADÉ

Le marché algérien vu au Mondial de Paris

©D. R.

Malgré les restrictions sur les importations des véhicules neufs, le marché algérien continue à susciter un engouement sans pareil pour les firmes automobiles étrangères. Au Mondial de l’automobile de Paris 2016 (MAP-2016), les langues se délient.

C’est à partir d’aujourd’hui, et ce jusqu’au 16 octobre prochain à Porte de Versailles, que le Mondial de l’automobile de Paris 2016 (MAP-2016) ouvre ses portes au grand public, sous l’œil vigilant d’un impressionnant dispositif de sécurité. Ici, on attend plus de 1,2 million de visiteurs, dont 10 000 journalistes, plus de 260 exposants répartis sur 8 pavillons et 125 000 mètres carrés. Tout y est (presque) pour réunir la famille automobile mondiale. Le Salon de Paris revêt un caractère spécifique pour les concessionnaires algériens qui trouvaient, durant les grands jours de l’automobile, les nouveautés à faire découvrir à leurs clients en participant à ce genre d’évènements. Pas cette année, sans doute, non plus en 2017. On les compte sur les doigts d’une seule main les concessionnaires automobiles algériens qui se sont déplacés à Paris pour tenter de développer avec les 260 firmes présentes une vision à court terme. On a l’impression que les chantiers titanesques attendus dans l’industrie automobile en Algérie n’interpellent pas les concernés, à savoir les importateurs. En revanche, le marché algérien revenait dans toutes les discussions, un thème que nous développerons dans nos prochaines éditions. Ce marché laissé à l’abandon, entre les importations bridées, les usines en attente de développement et d’intégration et la levée d’interdiction d’importer les voitures de moins de 3 ans, séduit encore les constructeurs nombreux à afficher leurs ambitions à venir  investir, avec la seule condition : “la visibilité à court et à long termes”, estiment-ils. Que de frustrations, de privations et d’absences délibérées ou pas, c’est selon, jamais, depuis quinze ans, le marché algérien n’a jamais suscité autant de spéculations dans un salon aussi mythique que celui de Paris. Dans les coulisses de Porte de Versailles, et pour la 118e édition consécutive, le MAP-2016 poursuit son aventure, propose des nouveautés, vibre au rythme de l’électrique et de l’écologie (70 modèles exposés), les exportations, les designs, les industries futures, les marchés à conquérir et la mobilité dans sa diversité. Nous voilà donc au cœur de l’évènement, le MAP-2016 est placé sous le signe de “la liberté”, “la diversité” et “la mobilité”. Mais aussi “la nouveauté” pour couronner la longue liste “des attentes” d’un évènement qui aura résisté à l’histoire mouvementée de l’automobile. Ainsi, les exposants y présenteront les nouveautés, toutes les nouveautés, au grand public, y compris aux fous des bolides, onéreux soient-ils. La passion domine déjà les esprits et d’autres nouveautés devront sortir du lot dès mercredi prochain avec le Mondial Innovation Forum (MIF), organisé par MAP-2016, en association avec Startup Sesame et Connectors. Le MIF réunira 300 professionnels internationaux (constructeurs, responsables de l’innovation automobile, fondateurs de startups, investisseurs…) et sera consacré au futur de l’industrie automobile, et ce, sous le thème “Moving beyond cars”. L’appel à projets a enregistré 120 start-up candidates de 33 pays. Du reste, au-delà des défections de certains pays et liées aux restrictions budgétaires, des marques mythiques feront défaut au MAP-2016. On citera, entre autres, Volvo, Mazda, Ford, Bentley, Aston Martin, Lamborghini et Lotus. En revanche, BMW, qui s’apprête par ailleurs à signer bientôt son offensive sur le Premium en Algérie, fêtera son centenaire à Paris. En tout cas, la presse de l’Hexagone est trop critique, allant jusqu’à s’interroger si le Mondial de Paris aura sa place, dans un avenir proche, devant les salons de Genève et de Frankfurt. 

Reportage réalisé par : Farid Belgacem


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER