Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Événement Auto

PÉNURIE DE PRODUITS, FLAMBÉE DES PRIX ET MANQUE À GAGNER

Les concessionnaires automobiles lâchent le leasing

Cette attitude pénalise les entreprises appelées à renouveler leurs flottes, comme elle met fin à une pratique commerciale qui devait, au contraire, se développer chez nous.

Comme il fallait s’y attendre, les concessionnaires automobiles, frappés de plein fouet par une crise sans précédent, ne proposent plus la formule d’achat en leasing dans leurs représentations en Algérie.
Alors que cette pratique commerciale était en pleine expansion, voilà que les concessionnaires automobiles l’ont complètement enlevée. Les raisons sont multiples.
À commencer par la baisse substantielle des importations qui s’est fortement traduite par une pénurie criante. Du coup, les importateurs ont procédé à des augmentations allant de 40% à 200% sur certains modèles et ne peuvent, dans ce cas-là, offrir des formules en leasing.
Autrement dit, le leasing aura pour conséquence directe un manque à gagner, donc des salaires impayés et des factures non recouvrées à court terme pour faire face également aux plans de charge et parer aux licenciements du peu de postes de travail qui restent dans ce secteur aux abois.
Les perdants sont nombreux. À commencer par les groupements d’entreprises, les sociétés nationales et internationales, les administrations, les agences de location de voitures, les hôpitaux, les écoles, les associations à but non lucratif, mais aussi certaines entreprises qui offrent à leurs employés, dans le cadre des achats groupés, des voitures par le procédé du leasing. Il faut noter, en ce sens, que les concessionnaires automobiles font face au nouveau système des quotas limités en montants à importer et à travers les licences délivrées par une commission chargée d’étudier chaque demande.
Cette situation a influé sur l’offre et la demande, les prix et le manque à gagner. Du coup, toutes les commandes effectuées à la maison-mère sont vendues et écoulées avant leur importation. D’ailleurs, la plupart des concessionnaires prennent les commandes dès l’ouverture des lettres de crédit auprès de leurs banques respectives.

FARID BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER