Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Erreurs d'arbitrage

Blatter s'excuse et reparle de vidéo

Joseph Blatter, président de la Fifa, s'est excusé, hier, après les erreurs d'arbitrage qui ont faussé, dimanche, deux 8es de finale du Mondial-2010 de football et a assuré que l'arbitrage vidéo serait de nouveau évoqué lors d'une prochaine réunion de la Fifa, au moins en ce qui concerne la ligne de  but. Alors que la Fifa était restée sans aucune réaction face à la vague d'indignation mondiale provoquée par ces deux erreurs, Sepp Blatter a réuni des journalistes, hier, pour livrer ses premiers commentaires.
Il a présenté ses excuses à l'Angleterre et au Mexique, les deux équipes victimes de ces incidents et éliminées. Puis il a affirmé que la question de l'arbitrage vidéo serait de nouveau évoquée par la Fifa dès juillet. “J'ai exprimé mes excuses aux deux délégations directement concernées. Je comprends qu'ils ne soient pas contents. Les Anglais m'ont dit merci, les Mexicains ont baissé la tête”, a déclaré le patron du football mondial. “Il est évident qu'après ce que nous venons de vivre, ce serait ridicule de ne pas rouvrir le dossier de l'aide par la technologie en juillet à Cardiff”, lors de la prochaine réunion de la Fifa les 21 et 22, a-t-il ajouté. Mais, “le seul principe sur lequel nous allons rouvrir le discussion, c'est la technologie sur la ligne de but”, a précisé M. Blatter. “Le football est un jeu de mouvement, et s'il y a une occasion de but, faut-il donner la possibilité à une équipe de réclamer des ralentis une ou deux fois comme au tennis ? Pour une situation comme celle du Mexique, vous n'avez pas besoin de technologie”, a-t-il argumenté. Dimanche, un but injustement refusé à l'Anglais Franck Lampard contre l'Allemagne et un but hors-jeu accordé à l'Argentine face au Mexique ont  relancé le débat récurrent sur l'arbitrage vidéo, auquel s'opposent, pour l'instant, la Fifa et, surtout, l'International Board, l'organisme chargé de définir les lois du jeu. L'arbitre uruguayen, Jorge Larrionda, n'a pas accordé le but à Lampard contre l'Allemagne, alors que les ralentis télévisés montraient clairement que le ballon avait franchi la ligne de but à la 38e minute du match.
Ce but aurait  permis à l'Angleterre, alors menée 2-1, de revenir à 2 partout. En soirée, l'arbitre italien, Roberto Rosetti, a accordé un but entaché d'un hors-jeu très net à l'Argentin Tevez, contre le Mexique. L'action a été rediffusée sur l'écran géant du stade, mais l'arbitre, conformément au règlement, n'a pas tenu compte des images pour revenir sur sa décision, malgré les protestations des joueurs Mexicains. M. Blatter lui-même, après avoir envisagé, en début d'année, le recours possible à la “technologie” pour le franchissement de la ligne de but,  s'était rangé à l'avis du Board et avait longuement argumenté contre l'introduction de la vidéo dans l'arbitrage.