Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Espagne

Del Bosque : “On ne peut pas parler de revanche”

Le sélectionneur espagnol, Vicente del Bosque, refuse de présenter la demi-finale du Mondial contre l'Allemagne, mercredi, comme une revanche de la finale de l'Euro-2008, car “un champion regarde toujours devant lui”.
Del Bosque garde aussi “pleinement confiance” en son attaquant Fernando Torres, muet depuis le début de la compétition.
 
Comment vous sentez-vous après cette qualification ? 
Vicente del Bosque : Je me sens heureux. C'est très agréable d'être dans cette situation. Nous avons passé la cinquième étape et nous espérons qu'il y en a encore deux devant nous.
 
Quel était l'objectif de l'Espagne dans le jeu face au Paraguay ?
Après le match, il y a eu un peu d'autocritique, mais après avoir revu le match à la vidéo, il faut être plus indulgent. Il y a eu de bonnes choses. Au total, je pense que nous avons été meilleurs. J'aimerais que nous ayons plus de fluidité, mais nos adversaires nous connaissent et ne nous laissent pas jouer. Les équipes se préparent de mieux en mieux pour contrer notre football.
 
Un mot sur le rôle d'Iker Casillas ?
C'est un leader en tant que capitaine. Sur et en dehors du terrain.
 
Quelle sera la clé du match face à l'Allemagne ? 
Nous devons être fidèles à notre style. J'aimerais que nous soyons un peu plus réguliers, mais nous avons fait les choses plutôt bien pour le moment. Il y a eu la défaite face à la Suisse, qui a été très douloureuse, mais aussi quatre victoires consécutives qui nous ont amenés en demi-finale. Ce n'est pas le moment de faire des bilans, mais de continuer à avancer.
 
En quoi l'Allemagne et l'Espagne ont-elles changé depuis la finale de l'Euro-2008 (remportée 1-0 par l'Espagne) ?
En football, deux ans, c'est beaucoup de temps, beaucoup de matches. Il y a beaucoup d'exigence et pas de matches faciles. On ne peut pas parler de revanche quand il s'agit de grandes équipes, ça n'existe pas. Un champion regarde toujours devant lui. Ils vont avoir envie de gagner pour jouer une finale de Coupe du monde, et nous aurons la même motivation.
 
Que pensez-vous de l'équipe d'Allemagne ? 
Ils ont mis en place, il y a peu de temps, un projet pour modifier un football qui semblait en perte de vitesse. Ils ont réussi à renouveler l'équipe qui était à l'Euro pour ce Mondial et ça se passe bien. Ils ont fait des progrès et formé un très bon groupe.
 
Vous continuez à aligner Fernando Torres, qui est moins performant qu'à l'Euro-2008...
C'est un élément-clé de notre équipe, un joueur auquel les autres sont habitués. Il peut avoir des phases un peu moins bonnes mais il reste notre avant-centre. Je n'ai pas pris l'engagement qu'il serait un titulaire indiscutable, mais nous avons pleinement confiance en lui.
 
Diego Maradona a fait des déclarations critiques à propos de la sélection espagnole...
C'est un gars sympa, qui peut parfois être un peu lourd. Je le dis sans acrimonie. J'ai beaucoup d'estime pour lui et il a défendu son pays de la meilleure des façons.