Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

INSCRIVANT QUATRE BUTS

La jeune Allemagne met l'Argentine à genoux

L'Allemagne, portée par sa jeune équipe insouciante, au plaisir de jouer bluffant, s'est hissée, samedi, en demi-finale du Mondial-2010 et fait figure de grandissime favorite après avoir balayé 4 à 0 l'Argentine, qui n'a plus atteint les demi-finales depuis 20 ans. 
Qui pourra arrêter la Mannschaft, devenue une machine à rêves avec 13 buts inscrits en 5 matches dans ce Mondial ? Joachim Löw a beau avoir rabaissé la moyenne d'âge de sa sélection à un peu plus de 24 ans, la culture de la victoire allemande s'est transmise sans problème de génération en génération. 
Thomas Müller, 20 ans, a ainsi ouvert le score (1-0, 3’), lançant un succès parachevé par les “vétérans” Miroslav Klose, 32 ans (2-0, 68’, 4-0, 89’) et  Arne Friedrich, 31 ans, (3-0, 74’).
Müller a inscrit son 4e but du Mondial, rejoignant ainsi le premier rang des meilleurs buteurs de l'édition 2010, aux côtés de Vittek, Higuain, Villa, Sneijder et... Klose.
Mais il sera suspendu pour la demi-finale pour accumulation de cartons. Ce sera une grosse absence pour les Allemands. 
Klose, lui, avec ce doublé pour sa 100e sélection, rejoint Gerd Müller (14 buts) dans l'histoire des meilleurs buteurs en phase finale de Coupe du monde, juste derrière le numéro 1, Ronaldo (15 buts).
La dernière fois que la Mannschaft s'était arrêtée en quart de finale d'un Mondial, c'était en 1998. Depuis, les Allemands ont toujours fait mieux, finalistes en 2002, demi-finalistes en 2006.   Au-delà de cette régularité au niveau mondial, les Allemands ont définitivement arraché leur étiquette de froide efficacité avec un football qui respire la créativité.
Et la classe biberon de la Mannschaft n'a peur de rien. Bastian  Schweinsteiger et Philipp Lahm, qui n'avaient pas digéré la bagarre générale après le quart de finale entre les deux équipes en 2006, n'ont ainsi pas hésité à provoquer verbalement l'Albiceleste avant le match.
“Argentine irrespectueuse sur le terrain” ou encore “il faudra qu'ils acceptent leur défaite cette fois” sont ainsi sortis de la bouche des deux hommes. Celles des Argentins sont restées fermées avant le match et les Sud-Américains sont restés bouches-bées pendant la partie. Ainsi, après une faute d'Otamendi sur Podolski, Schweinsteiger tira un coup-franc repris par Müller de la tête pour l'ouverture du score (1-0, 3’). Dans les tribunes, Angela Merkel, la chancelière allemande, s'est levée d'un bond dans sa robe rouge pour applaudir.
Non contente d'avoir ouvert le score, la jeune garde allemande s'est ensuite amusée à créer encore du jeu, avec ou sans la possession du ballon d'ailleurs, Müller s'appuyant sur ses camarades de jeu Özil, 21 ans, et Khedira, 23 ans.  La vitesse du jeu allemand a ensuite payé, logiquement, avec les buts de Klose et Friedrich. Et Messi dans tout ça ? Placé dans une position assez basse de meneur de  jeu, sa relation technique avec Higuain fut assez pauvre et celle avec Tevez  fut inopérante. Peut-être Maradona aurait-il dû le placer un peu plus haut,  dans une position de neuf et demi qui aurait mieux convenu à son style de jeu. 

Il quitte le Mondial sans avoir marqué un but...
Les heures et les jours qui viennent risquent d'être assez difficiles pour Maradona, sous contrat jusqu'en 2011 et qui n'a pas été épargné par les critiques depuis sa prise de fonctions à la tête de l'Albiceleste, une des grandes favorites du tournoi. Ses tâtonnements en qualifications — plus de 100 joueurs utilisés — et l'utilisation de Messi, si brillant avec le FC Barcelone et beaucoup moins en vue avec l'équipe nationale, lui seront sans doute reprochés. La leçon est rude pour “El Diez”.