Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Allemagne - Espagne (demi-finale)

La “machine” allemande face au réalisme

Les débats s'annoncent chauds aujourd’hui au stade Moses Mabhida à Durban (19h30, heure algérienne), avec “un duel passionnant” pour une place en finale du Mondial 2010 en Afrique du Sud, entre l'Allemagne et l'Espagne, deux sélections qui ont démontré d'excellentes dispositions depuis le début de cette 19e édition.

Le “choc des titans”, comme le qualifie les observateurs, aura bel et bien lieu avant la finale du tournoi, prévue le 11 juillet à Johannesburg, avec cette affiche alléchante entre l'Allemagne du buteur maison Miroslav Klose, et l'Espagne, vainqueur de l'Euro 2008, qui aura à cœur de marquer enfin de son empreinte, la Coupe du monde, après des participations décevantes.
En véritable rouleau compresseur, la Nationalmannschaft version Joachim Löw, est en train d'écraser tout sur son passage, avec des scores fleuves : 4-0 contre l'Australie (1er tour), 4-1 devant l'Angleterre (8e de finale), et enfin 4-0 contre l'Argentine de Diego Maradona en quart de finale du Mondial. L'Espagne de Vicente Del Bosque est d'ores et déjà avertie, puisqu'elle sera devant des joueurs allemands avides de continuer leur aventure jusqu'au bout, et surtout effacer la déconvenue de la finale de l'Euro 2008, perdue (1-0), but de Fernando Torres, au stade de Vienne. “Nous sommes sans aucun doute, plus forts qu'en 2008. Mais pour moi, l'Espagne est le favori de ce Mondial. Ce qui est impressionnant, c'est le comportement d'ensemble de cette équipe. En ce moment, nous sommes capables de contrarier et même de dominer n'importe quelle équipe sur 90 minutes. La clé de ce match sera de prendre l'avantage dans l'entre-jeu et de mettre sous pression Xavi et Iniesta”, a indiqué le sélectionneur allemand, une manière d'évacuer la pression qui commence à être pesante chez ses joueurs.
L'Allemagne, qui détient la meilleure attaque de la compétition avec 13 buts, devra se passer des services de son jeune buteur Thomas Müller, suspendu, mais pourra compter sur Miroslav Klose, véritable artificier et qui n'est qu'à une seule longueur du record des 15 buts inscrits par le Brésilien Ronaldo en phases finale de la Coupe du monde. Loin d'être jusqu'ici convaincante, contrairement à l'Allemagne, la sélection espagnole détient quand même plusieurs atouts à son actif avec un David Villa qui crache le feu avec ses 5 réalisations depuis le début du tournoi, et une défense solide, formée autour des deux joueurs du Barça, Puyol et Piqué..
Même s'il reconnaît que son équipe sera devant un véritable ogre, le sélectionneur espagnol, Vicente Del Bosque, reste tout de même confiant en les capacités de la “Roja”. “Nous devons être fidèles à notre style. J'aimerais que nous soyons un peu plus réguliers, mais nous avons fait les choses plutôt bien pour le moment. Un champion regarde toujours devant lui. L'adversaire aura envie de gagner pour jouer une finale de Coupe du monde, et nous aurons la même motivation. En dépit de la difficulté de notre mission, je reste confiant, car je dispose de bons joueurs capables de se surpasser.”
L'Espagne est parvenue à se qualifier au dernier carré grâce à sa victoire étriquée devant le Paraguay (1-0). L'Allemagne et l'Espagne se sont déjà affrontées à 20 reprises, avec un bilan de huit victoires allemandes, six nuls et six victoires espagnoles. Deux de ces 20 confrontations ont eu lieu dans le cadre d'une Coupe du monde : en 1966 et en 1994, à chaque fois lors de la phase de groupes.
Le match au sommet d’aujourd’hui sera dirigé par l'arbitre hongrois Viktor Kassai, assisté de ses deux compatriotes Gabor Eros et Tibor Vamos.
ça sera la quatrième rencontre de Kassai au du Mondial 2010. Il avait déjà dirigé Brésil-Corée du Nord, Mexique-Uruguay, et le 8e finale entre le Ghana et les États-Unis. Villa rêve de marquer le but qui offrira le titre à l'Espagne L'attaquant espagnol David Villa, actuel meilleur buteur du Mondial, reconnaît avoir souvent rêvé de marquer le but qui permettrait à la Roja de gagner la Coupe du monde, même s'il assure pour l'heure se concentrer sur la demi-finale contre l'Allemagne. “J'en ai rêvé de nombreuses fois (de marquer ce but), mais bon, en ce moment je rêve plus d'inscrire le but qui éliminera d'abord l'Allemagne, car nous ne sommes pas encore en finale”, a expliqué Villa lors d'un entretien diffusé, hier, par son parraineur équipementier. “Nous devons nous qualifier, sinon mon rêve ne se réalisera pas, donc à ce jour l'autre rêve consiste à éliminer l'Allemagne”, a-t-il ajouté à la veille de la demi-finale à Durban. Leader du classement des buteurs du tournoi mondial avec cinq réalisations, le nouvel attaquant du FC Barcelone devance l'Allemand Miroslav Klose (4 buts) qui cumule 14 buts en Coupes du monde, à seulement une unité du record du Brésilien Ronaldo. “Être le meilleur buteur me ravit, certes, car ça récompense mon travail, mais je me dis que rien n'est acquis et que je dois encore faire des efforts pour marquer d'autres buts en sélection”, pour laquelle il a inscrit jusqu'à présent 43 buts en 62 matches, à une unité du record de Raul. Pour autant, Villa assure que ces considérations statistiques sont secondaires : “Je veux marquer pour aider mon équipe, et je signerais immédiatement pour que l'Espagne soit championne du monde même si je devais ne pas être Ballon d'Or. Car pour moi, cela passe vraiment après.”