Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Elle rencontrera l’Allemagne mercredi à Durban

La Roja tient son dernier carré

L’Espagne, sans grand panache mais au gré de faits de jeu inhabituels, a pris samedi son billet pour les demi-finales du Mondial 2010 grâce à un nouveau but de Villa, déjà sauveur au tour précédent contre le Paraguay butant sur un Casillas des grands jours (1-0). La Roja rencontrera l’Allemagne, mercredi à Durban, pour une réédition de la finale de l’Euro 2008 qu’elle avait remportée 1 à 0. Elle accède pour la première fois au dernier carré d’une Coupe du monde (elle avait terminé 4e en 1950 au terme d’une poule finale). En attendant, dans un match globalement terne, les deux équipes ont livré un rare concentré de frissons lors de deux courtes séquences, l’une rocambolesque et l’autre décisive et non moins curieuse. Trois petites minutes à l’heure de jeu (59’ à 62’). Avant et après, rien ou si peu. Pendant : deux penalties sifflés, deux penalties arrêtés ! D’abord par Casillas, bloquant net la tentative de Cardozo (59’), puis par son homologue Villar, repoussant le second essai de Xavi Alonso (62’), après un premier tir réussi mais invalidé par l’arbitre pour intrusion de joueurs dans la surface (61’). Puis à la 83e minute. Iniesta remonte le ballon, décale Pedro à droite qui tire sur le poteau gauche. Villa, à l’affût comme d’habitude, reprend le ballon et l’expédie sur le poteau droit, il roule sur la ligne de but vers le poteau gauche, le touche et finit par rentrer. Le n°7 Espagnol devient ainsi l’unique meilleur buteur du tournoi avec cinq réalisations.
Triste Torres
Sinon, un match haché ! Par les fautes, l’arme d’agressifs guaranis pour freiner la progression espagnole.
Et par le déchet technique. Ce samedi, le fameux “toque” était en toc ! Une image résume cet amoncellement d’approximations quand Xavi délivre une passe trop longue pour Torres bien parti sur l’axe droit (25’). Oui, Xavi, l’homme du millimètre près. C’est d’ailleurs lui qui se crée la première occasion d’un bel enchaînement en se retournant et en reprenant de volée, une frappe qui passe au-dessus de la cage (28’). Mais c’était tout pour la première période ! Un bien maigre bilan guère nourri par les attaquants : Torres a continué à traîner sa peine, de contrôles ratés en tirs dévissés (40’, 42’), et Villa, trop à gauche, n’a pas pesé. Les latéraux Sergio Ramos et Capdevila multipliaient les mauvais centres. Et Iniesta ne récoltait que des coups francs, qui d’ailleurs ne donnaient rien. Le Paraguay jouait bien le coup, par des contres que seule la maladresse de Nelson Valdez dévissant sa frappe (45’+1) et des centres mal ajustés (21’, 35’) annihilaient.
À moins que Casillas, déjà sauveur sur le penalty, ne s’interpose : il sauve encore son camp devant une double tentative signée Barrios et Santa Cruz dans les dernières minutes (89’).