Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

FIFA

Pas de changement de quotas pour l’Afrique

Le continent africain ne verra pas son quota réduit lors des prochaines Coupes du monde en dépit des résultats décevants de ses représentants en Afrique du Sud, annonce la Fifa.
Cinq des six pays africains ont été éliminés dès le premier tour du Mondial alors que leurs performances étaient très attendues pour cette grande première sur le sol africain.“Il n'y a pas eu un seul moment depuis le début de la Coupe du monde, pas une seule minute depuis l'élimination de la plupart des équipes africaines, où nous avons envisagé de réduire le nombre de places (réservées à l'Afrique)”, a déclaré à Reuters le secrétaire général de la Fédération internationale de football, Jérôme Valcke. Une telle mesure, évoquée dans la presse, irait à l'encontre de la politique de développement du football dans le monde, a-t-il ajouté. “Si nous voulons développer le football en Afrique et nous assurer que le football africain progresse jour après jour, ou année après année, ce serait un mauvais signal de dire dans le même temps que nous voulons réduire le nombre d'équipes participant à la Coupe du monde”, a-t-il argumenté.
L'Afrique dispose d'un quota de cinq pays au Mondial, mais elle en a obtenu un sixième cette année, l'Afrique du Sud étant automatiquement qualifiée en tant que pays hôte. Mais ni les Bafana Bafana – une première dans l'histoire de la Coupe du monde –, ni la Côte d'Ivoire, le Cameroun, le Nigeria et l'Algérie n'ont réussi à franchir le cap du premier tour. Seul le Ghana disputera vendredi son quart de finale face à l'Uruguay. “Ce n'est pas ce que nous avions imaginé au début (du Mondial) mais c'est le football”, a commenté, résigné, le responsable du comité d'organisation sud-africain.