Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Ghana

Rajevac : “On ne méritait pas de perdre comme ça”

Le sélectionneur du Ghana, Milovan Rajevac, a estimé que son équipe ne “méritait pas de perdre” à l'issue d'une séance de tirs au but face à l'Uruguay en quart de finale du Mondial-2010 (1-1 a.p., 4-2 tab), lors de laquelle les Uruguayens ont eu "un avantage psychologique".

Quelle est votre première réaction ? 
Rajevac : C'est le football... Cela a été un match très difficile, d'autant qu'on avait déjà joué 120 minutes en 8e de finale. On a eu ce penalty avec l'opportunité d'atteindre la demi-finale, mais ça n'est pas arrivé.
Dans les tirs au but, les Uruguayens avaient un avantage psychologique. Tout est arrivé très vite, j'ai même pensé changer le gardien, mais je ne l'ai pas fait. Le Ghana a très bien joué dans cette Coupe du monde, on a bien joué tous les matches, mais aujourd'hui, deux de nos joueurs nous manquaient (Ayew et Jonathan Mensah, suspendus, ndlr), et ils nous ont beaucoup manqué sur le terrain. On a eu beaucoup d'occasions et notre adversaire a marqué ce coup franc, par Forlan qui est un joueur extraordinaire. On a savouré un soutien exceptionnel du public et j'aimerais féliciter l'Uruguay pour sa qualification en demi-finale.

Que pensez-vous de la main de Suarez empêchant un but ?
Je ne sais pas... Dans cette dernière minute, il y a un penalty, mais on a été malchanceux. Il nous a manqué de la chance aujourd'hui. Mais je me sens très fier, on a réussi un résultat très important, tout le continent nous soutenait et on ne méritait pas de perdre comme ça.
   
Pensez-vous continuer avec le Ghana ?
Nous nous sentons très fiers de ce qu'a fait la sélection depuis deux ans. Cette équipe a un grand avenir, avec beaucoup de très bons jeunes joueurs. En tant que sélectionneur, on verra, on en parlera, mais maintenant, je ne peux pas en parler.