Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Événement

Sneijder, ce petit a tout d’un grand

Auteur d’une performance exceptionnelle face au Brésil (2-1) en quart de finale du Mondial, le petit milieu Wesley Sneijder s’impose comme “le grand patron” des Pays-Bas, sur la lancée d’une saison exceptionnelle avec l’Inter Milan. Déjà vainqueur du championnat et de la Coupe d’Italie, ainsi que de la Ligue des champions, Sneijder (1,70 m) peut plus que jamais envisager un quadruplé sensationnel en cas de titre le 11 juillet à Johannesburg. Moteur de son équipe, bien plus qu’Arjen Robben et Robin van Persie assez effacés, le numéro 10 néerlandais a été à l’origine ou à la conclusion des deux buts Oranje. Il est entré en scène alors que le Brésil menait (1-0) et a largement participé au retournement de la situation. D’abord à la pause quand il a pris la parole pour dire à ses équipiers “de tout donner”. “Personne ne nous pensait capable de revenir dans ce match, et pourtant nous l’avons fait. Nous allons peut-être jouer nos 45 dernières minutes lors de ce Mondial, alors, il faut tout donner, ai-je dit à mes équipiers”, a-t-il expliqué. Et Sneijder, 26 ans, a donné l’exemple sur le terrain.
À la 53’, c’est son centre brossé qui est venu semer la zizanie dans la défense brésilienne. Est-ce l’effet donné au ballon ? Le gardien Julio Cesar, victime d’une mésentente avec son défenseur Felipe Melo, s’est “troué”, permettant aux Néerlandais d’égaliser. Et Sneijder d’aller une première fois embrasser une caméra placée à proximité de la ligne de touche. À la 70’, malgré sa petite taille, Sneijder a réussi à marquer de la tête au beau milieu des colossaux défenseurs brésiliens et dans les six mètres d’un Julio Cesar apathique. Se frappant le front comme pour signifier “Moi, le petit, j’ai marqué de la tête !”, Sneijder s’en alla une deuxième fois embrasser tous les supporteurs des Pays-Bas via la même caméra... “C’est ma première tête (réussie). C’est une impression sympa mais je pense que ça ne se reproduira pas de si tôt”, s’est-il amusé après le match. Désigné par les internautes de la Fifa, “homme du match” pour la troisième fois depuis le début du tournoi, il a aussi inscrit son troisième but après ceux marqués face au Japon et à la Slovaquie. Le patron, aux Pays-Bas, c’est donc bien lui ! N’en déplaise à Robin van Persie... Car remplacé à la 80’ du 8e de finale remporté face à la Slovaquie
(2-1) lundi, l’attaquant des Oranjes avait quitté le terrain furieux en lançant au sélectionneur Bert van Marwijk : “Ce n’est pas moi qu’il faut remplacer mais Wesley Sneijder”, selon une télévision néerlandaise.
Le Milanais n’en avait pas pris ombrage, préférant intelligemment affirmer “ne pas avoir de problème avec Robin “van Persie”. Sneijder a répondu sur le terrain en montrant qu’au sein de la sélection Oranje, il est irremplaçable !