Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Finances

DETTE

L’entreprise en appelle à l’appui du CPE

Le P-DG de la société bataille pour essayer de convaincre le CPE de revoir un peu la situation des dettes de la société. En effet, dans le cadre de la loi sur la privatisation, l’État a vendu l’actif et le passif.  L’entreprise a été vendue à 76 millions de dinars en plus de 333 millions d’endettement. Ce qui représente cinq fois la valeur de cession. Au final, l’État a vendu l’entreprise à plus de 400 millions de dinars. “Nous traînons toujours cette dette et nous la payons. De 1992 à ce jour, nous avons payé 230 millions à la BDL uniquement en intérêts et agios. En 1992, nous avions une dette issue de la perte de change, elle faisait 72 millions. Aujourd’hui, c’est 285 millions à payer pour Ecferal”, déplore le P-DG qui compte sur le CPE pour revoir cette situation et permettre à la société de souffler et de réaliser tous ses projets. Malgré ce manque d’investissement, Ecferal a soumissionné à un appel d’offres du Groupe textile national où elle était en concurrence avec des étrangers. Le marché, de 153 millions de dinars, concernait la fabrication de chaudières à vapeur de 10 et 16 tonnes. La société a gagné le marché sans faire appel aux 25% inhérents à la préférence nationale.