Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
Hommage Samedi, 26 Mai 2012 20:12 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

19 ans déjà

Tahar Djaout, le grand absent

Par : Samira BOUABDELLAH

"Le silence, c'est la mort. Et toi, si tu parles, tu meurs. Si tu te tais, tu meurs. Alors, parles et meurs", ce fut sa phrase. Lui, c'est Tahar Djaout.

Il y a exactement dix-neuf ans nous quittait à jamais le journaliste talentueux, écrivain de renom et directeur de la rédaction de l'hebdomadaire Ruptures, en l’occurrence, Tahar Djaout.  Il fut l'un des premiers intellectuels victime de la « décennie du terrorisme » en Algérie. Il faisait terriblement peur par ses vertus tant morales qu’intellectuelles et il dérangeait sans doute les prêcheurs de la violence et de l'obscurantisme.

Il ne se doutait pas qu’en ce 26 mai 1993 il avait rendez-vous avec la mort. Ce mercredi noir Tahar Djaout quitte son domicile situé à Bainem, une cité populaire de la banlieue ouest d’Alger, à 9h du matin. Il entre dans sa voiture et allume le moteur. Un jeune homme tapote sur la vitre avant. Djaout le regarde : il se retrouve brusquement face à un canon de revolver. Une détonation, puis une autre. Touché à la tête, il sombre dans un coma profond, dont il ne se réveillera jamais. Les agresseurs jettent le corps sur le sol, montent dans le véhicule et démarrent en trombe. Du balcon qui surplombe le parking, des voisines qui ont vu toute la scène donnent l'alerte. Evacué vers l'hôpital de Baïnem, Tahar Djaout rendra l'âme une semaine plus tard. Il avait 39 ans.

Bio Express:

Tahar Djaout est né le 11 janvier 1954, à Oulkhou (Ighil Ibahriyen) près d'Azeffoun. En 1970 sa nouvelle « Les insoumis » reçoit une mention au Concours littéraire « Zone des tempêtes ». Il achève ses études l'année suivante au Lycée Okba d’Alger et obtient en 1974 une licence de mathématiques à l’Université d’Alger. Tahar Djaout écrit ses premières critiques pour le quotidien El Moudjahid, collabore régulièrement en 1976 et 1977 au supplément El Moudjahid Culturel puis reprend ses chroniques dans El Moudjahid.

De 1980 à 1984 Tahar Djaout est responsable de la rubrique culturelle de l’hebdomadaire Algérie-Actualité,  En 1985 il reçoit une bourse pour poursuivre à Paris des études en Sciences de l'information.

De retour à Alger en 1987, il reprend sa collaboration avec "Algérie-Actualité".

Il quitte en 1992 Algérie-Actualité pour fonder avec quelques-uns de ses anciens compagnons son propre hebdomadaire : Ruptures, dont il devient le directeur. Le premier numéro paraît le 16 janvier 1993.

Le 26 mai Tahar Djaout est victime  d'un attentat. Il  meurt à Alger le 2 juin et est enterré le 4 juin dans son village natal d'Oulkhou.

S. B

 

Commentaires

 
#4 RB 27-05-2012 10:11
Hommage à Tahar Djaout (2ème partie)

Ou est votre fierté, votre intelligence ?
Quelles sont vos paroles ? Quelle est votre poésie, votre roman, vos chansons ?
Qu'avez vous fait de votre vie, vous qui en avez tant pris ?
Châteaux dans le désert, vous n'êtes qu'un mirage de vous même.
Tahar, je pense à toi, compagnon d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Je pense à d'autres amis, à Malek aussi.
Chez moi aussi, il y a un clou, que vous avez planté,
Quelque soit le lieu ou je plante ma tente, je sais qu'il est là, dans ma maison, mon pays,
Il veille comme vous et ne nous quitte jamais..

Rabah BELLILI
 
 
#3 RB 27-05-2012 10:10
Hommage à Tahar Djaout, (1ere partie

Une plume de vérité, pas la seule vérité, dans ces moments insensés, il faut le dire, il faut l'écrire.
Un regard sur la réalité, jeux des apprentis sorciers,
Le son des bendirs et des youyous, paravents en trompe l’œil, la pièce se joue dans les coulisses.
Ce n'est pas un homme qui est tombé, c'est aussi, un peu de toi, un peu de moi, un peu de nous tous.
La question reste posée et se posera encore et encore : Pourquoi ?
Il n'y a pas de raison. Le silence est plus fort que tout.
Qui es tu et qu'as tu fais, toi ou vous qui avez décidé d'éteindre le soleil, de voiler le printemps, d'excommunier des innocents.
Êtes vous vraiment des hommes ?
 
 
#2 amazigh31 27-05-2012 00:21
Vous nous manquez beaucoup Mr T. Djaout, reposez-vous en paix.
Vous qui avez préféré de parler pour une mort certaine, vous resterez éternellement vivant à travers votre courage et bien évidemment par ce que vous nous avez laissé comme paroles.
Vous nous avez laissé orphelin de votre savoir....
 
 
#1 sayad 26-05-2012 22:29
il n'avait pas 40 ans et avait déjà un parcours qui a marqué le pays!
 
DIlem
DILEM DU 20 OCTOBRE 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos