Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Violences dans le sud-ouest anglophone indépendantiste

Cameroun : Guterres demande une enquête à Yaoundé

Le Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a demandé aux autorités camerounaises une enquête sur les actes de violence signalés dans les régions du sud-ouest et du nord-ouest du pays le 1er octobre ayant donné lieu à des pertes en vies humaines. “Il condamne fermement ces actes et reste profondément préoccupé par la situation au Cameroun”, a précisé, hier, dans un communiqué, son porte-parole, Stéphane Dujarric. “Le patron de l'ONU exhorte les dirigeants politiques des deux côtés à appeler leurs partisans à s'abstenir de tout nouveaux actes de violence et à condamner sans équivoque toute action qui puisse nuire à la paix, la stabilité et l'unité du pays”, a ajouté son porte-parole. “Il prend note de l'appel au dialogue lancé par les autorités et encourage les représentants de la communauté anglophone à saisir cette opportunité dans leur recherche de solutions aux griefs de la communauté, dans le cadre de la Constitution camerounaise”, a enfin indiqué M. Dujarric. Ouverte il y a près d'un an, la crise anglophone au Cameroun a connu son épisode le plus sanglant, dimanche, avec au moins 17 morts en marge d'une proclamation symbolique d'indépendance vis-à-vis des francophones, selon un bilan établi, lundi, par Amnesty International et des sources officielles. À ce bilan s'ajoutent deux autres décès comptés au cours du week-end dans les deux régions anglophones. Depuis novembre 2016, la minorité anglophone, qui représente environ 20% des 22 millions de Camerounais et 2 régions sur 10 dans tout le pays, proteste contre ce qu'elle appelle sa marginalisation dans la société. Outre les séparatistes, des anglophones exigent le retour au fédéralisme, qui a prévalu au Cameroun entre 1961 et 1972, avec deux États au sein d'une même République. Jeudi, Antonio Guterres était déjà intervenu dans le conflit en exhortant  les autorités camerounaises à promouvoir des mesures de réconciliation nationale.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER