Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Mardi, 13 Novembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Commandement d’une force au nord Mali

Grincement de dents à Bamako

Par : Merzak Tigrine

Le commandement des forces d’intervention africaines, appelées à libérer le nord du Mali, actuellement occupé par les islamistes touareg et les terroristes d’Aqmi et du Mujao, pose problème pour les autorités maliennes, qui veulent qu’il leur soit confié pour une question de souveraineté.

Avant même que le Conseil de sécurité des Nations unies ait donné son feu vert à l’intervention militaire pour libérer le nord du Mali des mains des islamistes et des terroristes, Bamako entend prendre le commandement de l’opération, qui devait revenir à un autre pays africain. En effet, ce commandement africain pourrait provoquer des grincements de dents du côté des autorités maliennes, jalouses de leur souveraineté, car les dirigeants africains ont insisté sur “le rôle de leadership de la Cédéao dans le déploiement de la force internationale sous conduite africaine”. “Nous allons demander des éclaircissements”, a indiqué à l'AFP, à Bamako, une source proche du ministère malien de la Défense, pour qui “il n'a jamais été question que d'autres (que le Mali) dirigent la force”. Ceci étant, les chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao, qui ont approuvé dimanche l'envoi d'une force militaire internationale de “3 300 soldats pour un an”, jugent le recours à la force “indispensable contre les réseaux terroristes et de criminalité transnationale qui menacent la paix et la sécurité internationales”. Ils doivent dans un premier temps transmettre ce plan, via l'Union africaine, avant la fin novembre aux Nations unies, qui auront le dernier mot et à qui la Cédéao renvoie la charge de réunir le financement. Cette “force internationale” serait composée de soldats provenant prioritairement des pays membres de la Cédéao comme le Nigeria, Niger, Burkina Faso notamment, mais pourrait aussi bénéficier, selon M. Ouattara, de la contribution de pays non membres comme le Tchad, dont l'armée sait combattre en zone sahélienne. Cette décision d’envoi de troupes a mis sous pression les groupes islamistes armés occupant le nord du Mali, comme Ansar Dine. Pour Ansar Dine, mouvement surtout composé de Touareg maliens, le sommet des dirigeants africains qui s'est tenu dimanche à Abuja fait l'effet d'une douche froide, même si le mouvement islamiste attend de rencontrer la médiation conduite par le président burkinabais, Blaise Compaoré, pour réagir officiellement. “Nous avons donné sa chance à la négociation pour éviter le pire”, a déclaré à l'AFP le chef de la délégation d'Ansar Dine présente à Ouagadougou, Algabass Ag Intalla, craignant que la Cédéao n'ait pas la même “volonté” de discuter. Ansar Dine, engagé dans des négociations avec M. Compaoré, avait donné des gages, juste avant le sommet, en appelant au dialogue avec les autres groupes armés et avec Bamako, et en proclamant son rejet du “terrorisme”. Une façon de prendre ses distances avec ses alliés jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Si pour les participants au sommet d'Abuja le dialogue demeure “l'option préférée”, il ne doit cependant concerner que “les groupes armés non impliqués dans les activités terroristes et criminelles”, qui reconnaissent l'intégrité du Mali et le caractère laïc de l'Etat. Jusque-là, Ansar Dine a préféré renvoyer à de futures discussions avec les autorités maliennes la délicate question de la charia, qu'il applique, comme Aqmi et le Mujao, de façon très stricte. Par contre, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) peut se sentir conforté. Favorable à l'autodétermination dans le nord du Mali après avoir renoncé à ses projets sécessionnistes, cette rébellion touareg est laïque. Mais elle a été évincée sur le terrain par les islamistes.


M T/Agences

 

Commentaires 

 
#7 Blida 14-11-2012 16:08
l'analyse de "siqada" est juste alors il faut être vigilent et ne pas tomber dans le piège d'une guerre qui ne nous concerne pas directement tout au contraire nous conduire vers une voie dont ignore les repercusions - de grace laissez nous tranquille!
 
 
#6 Hésa 14-11-2012 15:39
Mais quelle souverainité? Le Mali n'a pas été en mesure de chasser les terroristes ,et on parle de souverainité c'est de l'amour propre mal placé! Je comprends qu'un pays comme le Nigéria ne serait pas content , on est venu leur prêter assistance , maintenant c'est la queue qui fait remuer le chien et pas l'inverse, si les Maliens veulent prendre le commandement de l'attaque , on est sûr du résultat , il ne faut pas deviner deux fois, ca sera la débacle, et que les terroristes prendrons tout le mali , et que les maliens n'ont plus que leurs yeux pour pleurer!
 
 
#5 kasimir 14-11-2012 14:23
''Franchise'' you said it !
 
 
#4 siqada 14-11-2012 14:19
Assalam à tous et à toutes, attention il faut être très vigilant cette guerre n'est pas pour les aider les maliens mais un tout autre objectif attention à la division rester unis contre ces mercenaires du diable attention la fitna et pire que le meurtre et nous algériens on n'on sait quelque chose Ya plus de kabyle , de chaoui, et arabe c'est l’Algérie et ses valeurs musulmane qui faut défendre les pauvre maliens sont pris en otages par l’OTAN et veulent la même chose pour l’Algérie .
 
 
#3 Boumed 14-11-2012 06:53
A mon avis le mal de ce pays est dû à l'ethnie noire sudiste, installée à Bamako qui veut dominer et s'accaparer du pouvoir. elle à fait de l’Algérie malgré toute l'aide consentie par notre pays au Mali sa bête noire,Pour le peuple noir du Mali, c'est l’Algérie qui est derrière tous ses déboires.
La raison est toute simple, Bamako, désire la guerre pour récupérer le nord du Mali et en même temps régler le probléme targui en éliminant militairement Ansar el dine et le MNLA. hors l'option de dialogue pour la paix soutenue par l’Algérie ne rentre pas dans cette stratégie qui vise le beurre et l'argent du beurre
grâce à des forces militaires étrangères.
 
 
#2 amedib 13-11-2012 13:29
Oh ces grands garçons qui veulent se disputer pour ce commandement au mali ! a les entendre ainsi reagir pour troper leur peuple, "encore deception pour ces africains" serviteurs toujours de leur Maitre,C'est la France bon d'ignobles qui guidera le commandement ! Pourquoi mentir à vos peuple ? Meme si un commandement sera designé d'entre vous , il n'executera que ce que lui dicte FAFA
Avouez votres soummission donc et.....
 
 
#1 franchise 13-11-2012 12:57
il y a un proverbe englosaxon qui dit ::""BEGGARS CAN'T BE CHOOSER"",,qui veut dire que les mendiants n'ont pas le luxe de choisire..
Vous imaginez des genereaux africains ou occidenteaux ,se faire diriges par .....CAPITAINE SANOGO???!!!
l'intelligence humaine,,fait vraimment defaut au MALI.
 
DIlem
DILEM DU 22 OCTOBRE  2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos