Le taux national de participation à l'élection présidentielle est de 51,70% (T.Belaiz, ministre de l'intérieur et des collectivités locales)Les résultats de l'élection présidentielle seront annoncés vendredi par le ministre de l'intérieur et des collectivités localesPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Mardi, 13 Novembre 2012 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Commandement d’une force au nord Mali

Grincement de dents à Bamako

Par : Merzak Tigrine

Le commandement des forces d’intervention africaines, appelées à libérer le nord du Mali, actuellement occupé par les islamistes touareg et les terroristes d’Aqmi et du Mujao, pose problème pour les autorités maliennes, qui veulent qu’il leur soit confié pour une question de souveraineté.

Avant même que le Conseil de sécurité des Nations unies ait donné son feu vert à l’intervention militaire pour libérer le nord du Mali des mains des islamistes et des terroristes, Bamako entend prendre le commandement de l’opération, qui devait revenir à un autre pays africain. En effet, ce commandement africain pourrait provoquer des grincements de dents du côté des autorités maliennes, jalouses de leur souveraineté, car les dirigeants africains ont insisté sur “le rôle de leadership de la Cédéao dans le déploiement de la force internationale sous conduite africaine”. “Nous allons demander des éclaircissements”, a indiqué à l'AFP, à Bamako, une source proche du ministère malien de la Défense, pour qui “il n'a jamais été question que d'autres (que le Mali) dirigent la force”. Ceci étant, les chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao, qui ont approuvé dimanche l'envoi d'une force militaire internationale de “3 300 soldats pour un an”, jugent le recours à la force “indispensable contre les réseaux terroristes et de criminalité transnationale qui menacent la paix et la sécurité internationales”. Ils doivent dans un premier temps transmettre ce plan, via l'Union africaine, avant la fin novembre aux Nations unies, qui auront le dernier mot et à qui la Cédéao renvoie la charge de réunir le financement. Cette “force internationale” serait composée de soldats provenant prioritairement des pays membres de la Cédéao comme le Nigeria, Niger, Burkina Faso notamment, mais pourrait aussi bénéficier, selon M. Ouattara, de la contribution de pays non membres comme le Tchad, dont l'armée sait combattre en zone sahélienne. Cette décision d’envoi de troupes a mis sous pression les groupes islamistes armés occupant le nord du Mali, comme Ansar Dine. Pour Ansar Dine, mouvement surtout composé de Touareg maliens, le sommet des dirigeants africains qui s'est tenu dimanche à Abuja fait l'effet d'une douche froide, même si le mouvement islamiste attend de rencontrer la médiation conduite par le président burkinabais, Blaise Compaoré, pour réagir officiellement. “Nous avons donné sa chance à la négociation pour éviter le pire”, a déclaré à l'AFP le chef de la délégation d'Ansar Dine présente à Ouagadougou, Algabass Ag Intalla, craignant que la Cédéao n'ait pas la même “volonté” de discuter. Ansar Dine, engagé dans des négociations avec M. Compaoré, avait donné des gages, juste avant le sommet, en appelant au dialogue avec les autres groupes armés et avec Bamako, et en proclamant son rejet du “terrorisme”. Une façon de prendre ses distances avec ses alliés jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Si pour les participants au sommet d'Abuja le dialogue demeure “l'option préférée”, il ne doit cependant concerner que “les groupes armés non impliqués dans les activités terroristes et criminelles”, qui reconnaissent l'intégrité du Mali et le caractère laïc de l'Etat. Jusque-là, Ansar Dine a préféré renvoyer à de futures discussions avec les autorités maliennes la délicate question de la charia, qu'il applique, comme Aqmi et le Mujao, de façon très stricte. Par contre, le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) peut se sentir conforté. Favorable à l'autodétermination dans le nord du Mali après avoir renoncé à ses projets sécessionnistes, cette rébellion touareg est laïque. Mais elle a été évincée sur le terrain par les islamistes.


M T/Agences

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 18 AVRIL 2014
Galerie Agrandir

LE SCRUTIN EN IMAGES

video

CONTRECHAMP
Galerie photos
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Vote à Nedroma (Tlemcen)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière

Élection Présidentielle

Voir toute La rubrique

Dernières infos