Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Arabie saoudite

HRW dénonce le “discours haineux” de dignitaires religieux

Certains dignitaires religieux et institutions en Arabie saoudite incitent à la haine et à la discrimination contre des communautés religieuses, y compris la minorité musulmane chiite, a affirmé hier l'organisation Human Rights Watch (HRW). Dans un rapport de 62 pages intitulé “Ils ne sont pas nos frères : discours haineux de responsables saoudiens”, HRW écrit que l'Arabie saoudite a permis à des oulémas désignés par le gouvernement de parler de minorités religieuses “en termes méprisants” et de “les diaboliser dans des documents officiels et des décisions religieuses”. Au cours des dernières années, des dignitaires religieux ont utilisé internet et les réseaux sociaux pour “inciter à la haine contre des musulmans chiites et d'autres qui ne se conforment pas à leurs opinions”, indique l'organisation de défense des droits de l'homme dont le siège est à New York. L'Arabie saoudite est une monarchie absolue régie par le wahhabisme, version rigoriste de l'islam sunnite. La minorité chiite se concentre dans la province orientale du royaume et des tensions l'opposent parfois au pouvoir central qui dénonce des “ingérences de l'Iran”. Sarah Leah Whitson, directrice de HRW pour le Moyen-Orient, a estimé que “le discours haineux prolonge la discrimination systématique contre la minorité chiite et, dans le pire des cas, il est utilisé par des groupes violents” comme le groupe terroriste autoproclamé État islamique (EI) ou Al-Qaïda pour justifier leurs attaques contre des chiites. Dans son rapport, HRW s'insurge également contre “un parti pris antichiite” dans le système judiciaire saoudien et dans les programmes religieux du ministère de l'Éducation. L'organisation a aussi relevé des “références méprisantes” au judaïsme, au christianisme et à l'islam soufi dans ces programmes. Selon le rapport, lors d'une réunion publique, un membre du haut comité des oulémas saoudiens a déclaré à propos des musulmans chiites : “Ils ne sont pas nos frères (...) ils sont plutôt les frères de Satan.”


R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER