Scroll To Top

A la une / International

Multiplication des attaques meurtrières au Mali

Impuissance de Bamako face au terrorisme

La situation reste préoccupante au Mali. ©D. R.

En moins de 24 heures, plusieurs attaques ont visé la mission onusienne (Minusma) et des positions des services de sécurité maliens, en pleine visite du ministre canadien de la Défense.

Un groupe armé, non encore identifié, a occupé durant plus de trois heures la ville de Banamba, à 140 kilomètres de Bamako, avant de prendre la fuite en enlevant un gendarme et le gardien d’une prison qui semble être la cible de cette nouvelle attaque, ont rapporté les médias maliens et des agences de presse.
Des prisonniers ont pu prendre la fuite et certains d’entre eux sont repartis avec les assaillants, venus en rassemblement les libérer. “L’attaque n’a fait aucune victime. Et dès que nous avons eu l’information, des renforts de gendarmes (…) ont été dépêchés de Koulikoro. Avant même l’arrivée de ces renforts, les assaillants avaient déjà quitté la ville”, a expliqué le ministre de la Sécurité, le général Salif Traoré, cité par le portail d’information local Malijet. Mais une autre source sécuritaire, qui a requis l’anonymat, a affirmé à l’AFP qu’“un gendarme et un surveillant de prison sont portés disparus”. Plusieurs témoins affirment que les deux victimes ont été enlevées “par des assaillants qui parlaient tamasheq (langue targuie, ndlr) et peul”, confortant ainsi la thèse d’une attaque terroriste, dont ne serait pas étranger le mouvement Ansar Eddine de l’ex-chef rebelle targui Iyad Ag Ghali.
Ce dernier avait d’ailleurs revendiqué l’attentat qui a fait un mort dans les rangs de l’armée française de l’opération Barkhane durant le week-end dernier. “Des hommes armés à bord d'une dizaine de véhicules sont venus dans la ville de Banamba lundi (hier, ndlr) vers 2h du matin en tirant en l'air”, ont expliqué, par ailleurs, ces mêmes sources, soulignant qu’“un groupe s'est attaqué à la gendarmerie locale, un autre groupe s'est attaqué à la prison pour libérer des détenus et un troisième s'est dirigé vers une banque sur place pour forcer le coffre-fort”.
Des élus locaux ont affirmé que “tout porte à croire qu'ils avaient infiltré la ville la veille”, selon l’AFP. Dimanche, un Casque bleu togolais et deux civils maliens ont été tués dans une autre attaque qui a pris pour cible un convoi de Casques bleus près de Douentza, dans le centre du Mali, a annoncé la Mission de maintien de la paix de l'ONU au Mali (Minusma). Sept Casques bleus togolais ont été blessés, dont trois grièvement, a ajouté un communiqué de la Minusma. L’explosion de la mine a été suivie par une salve de tirs nourris par les assaillants, ont ajouté les forces de la mission onusienne. Ces attaques coïncident avec la visite du ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan, dont le pays compte déployer plus de 600 soldats en Afrique de l’Ouest, sans donner plus de précisions. Engagée depuis 2013 au Mali et dans quatre pays du Sahel, dans le cadre de la défunte opération Serval, puis Barkhane, la France a réagi elle aussi, dimanche, à la recrudescence des actes terroristes dans la zone.
“Il importe que les Maliens prennent à bras le corps leur propre sécurité. Cela passe aussi par des initiatives politiques”, a déclaré le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, après la mort du soldat français, le 16e depuis 2013. “L'unité doit aller de pair avec la lutte contre le terrorisme, l'insécurité. Et les amis du Mali comme la France doivent constamment l'avoir à l'esprit. La situation à Kidal n'est pas du fait du gouvernement malien. Si le terrorisme se développe dans cette région, c'est bien parce que la philosophie de la lutte doit être revue”, a-t-il conclu.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER