Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

l’ancien président Nigérian à propos de la crise au Togo

La Constitution devrait limiter les mandats présidentiels

 L'ancien président nigérian Olusegun Obasanjo a appelé le président togolais Faure Gnassingbé à instaurer une limite du nombre de mandats présidentiels dans la Constitution après une série de massives manifestations anti-pouvoir au Togo cette semaine. “Je crois qu'il (M. Gnassingbé) devrait mettre en place une nouvelle Constitution qui contiendrait une limite du nombre de mandats durant lesquels quelqu'un peut être président, et qu'il devrait la respecter”, a déclaré l'ancien chef d'État dans une interview diffusée vendredi soir sur la BBC. M. Obasanjo qui, entre 1976 et 1979, a dirigé une junte qui a contrôlé le Nigeria, a esquivé les questions au sujet d'une éventuelle démission du président togolais, qui a pris le pouvoir il y a 12 ans à la mort de son père, Gnassingbé Eyadéma. Le général Eyadéma avait dirigé le petit pays ouest-africain pendant près de 40 ans après un coup d'État militaire. M. Obasanjo, premier président élu démocratiquement en 1999 au Nigeria après de longues années de dictature militaire, et dont les partisans avaient tenté sans succès de modifier la Constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat, s'est demandé si Faure Gnassingbé avaient encore quelque chose à apporter au Togo. “Je crois qu'il a dû épuiser toutes les idées qu'il a pu avoir en termes de développement, sauf s'il a quelque chose de nouveau à nous apprendre”, a ajouté M. Obasanjo. Mercredi et jeudi, les Togolais ont manifesté massivement à Lomé et dans une moindre mesure en province à l'appel d'une coalition de 14 partis, pour réclamer des réformes et le départ du président Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 12 ans, après avoir succédé à son père.


R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER