Au moins 45 personnes ont été tuées dans le crash d'un avion ( avec 58 personnes à bord) mercredi à Taiwan d'atterrissage, selon les autorités Ghaza: une école de l'ONU accueillant des réfugiés bombardéeGhaza: près de 650 Palestiniens tués au 16ème jour d'agressions israéliennesYacine Brahimi s'engage pour cinq ans avec le FC PortoMehdi Mostefa en Turquie pour s'engager avec GaziantepsporPour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Lundi, 21 Janvier 2013 09:50 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Alors que la force panafricaine est pré-positionnée au Mali

Le financement fait toujours défaut !

Par : Djamel Bouatta

Les yeux vont être désormais rivés sur la conférence des donateurs pour financer l’intervention dans le Nord-Mali, prévue le 29 janvier au siège de l’Union africaine à  Addis-Abeba, dans l’espoir de récolter un maximum de fonds pour cette opération.

La question du financement des forces africaines de la Cédéao reste entière. Le sommet extraordinaire de la Cédéao a eu lieu samedi dans la capitale ivoirienne pour le constater. Les dirigeants ouest-africains ont appelé les Nations unies à fournir un appui logistique et financier immédiat pour le déploiement effectif des troupes de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma). Le président en exercice de la Cédéao avait auparavant effectué une visite à Berlin pour essayer d’obtenir de la chancelière allemande plus que son engagement formel, en vain : les Allemands se contenteront du minimum, un appui logistique plutôt symbolique. La ministre des AE de Bruxelles a promis pour sa part de remplir le cahier des charges prévoyant une mission de formation militaire à Bamako destinée aux hommes de la Misma, sans plus de détails ni sur son contenu et encore son financement. Sans le “nerf de la guerre”, l’argent, les chefs d’Etat de la Cédéao ont signé l’ordre de déploiement de la force internationale de soutien au Mali, qui sera dirigée par un général nigérian, mais leur sommet d’Abidjan n’a pas établi de calendrier précis ni pour l’ordre d’arrivée des troupes au Mali ni comment sera honoré la facture de l’intervention panafricaine. En effet, rien de concret n’a été dévoilé sur le huis clos des dirigeants ouest-africains réunis pour la dixième fois en dix mois pour se pencher sur la crise malienne, hormis la réaffirmation de leur détermination à “accompagner le Mali dans la résolution de la crise sécuritaire et institutionnelle” et leur gratitude à la France, pour avoir déclenché les opérations qui ont permis de contenir la progression des terroristes vers le sud du Mali. Des remerciements également aux pays africains ayant déjà prépositionné les troupes qui vont constituer la Misma : le Tchad, le Nigeria et le Sénégal. Cette force internationale n’est pas encore financée, et c’est peut-être l’une des raisons de l’inertie des pays de la Cédéao, alors que son idée a émané de ces mêmes dirigeants africains. Au départ, il était question d’une force exclusivement ouest-africaine pour le Mali. L’idée a fini par évoluer vers une force internationale. Une meilleure façon d’impliquer les bailleurs de fonds, avait-on estimé à Paris qui, il faut le souligner, a fait avancer l’idée d’intervention de la Cédéao, pour se retrouver seul lorsqu’il a fallu donner le coup d’envoi de l’intervention le 11 janvier. L’assistance logistique de la part de ses partenaires occidentaux s’est d’abord faite parcimonieuse pour s’accélérer après l’opération terroriste contre le site gazier d’In Amenas. Les yeux vont être désormais rivés sur la conférence des donateurs pour financer l’intervention dans le Nord Mali, prévue le 29 janvier au siège de l’UA (Union africaine) à Addis-Abeba. Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, qui a pris part aux travaux des chefs d’Etat de la Cédéao dans la capitale ivoirienne, a rappelé que la Misma devait se déployer “le plus vite possible” car, reprenant les assurances du président français François Hollande, “l’opération française engagée le 11 janvier n’a pas vocation à se substituer à l’action de la Misma”. La Cédéao et la France comptent sur la conférence d’Addis-Abeba pour mobiliser des ressources et d’autres formes de soutien nécessaire aux forces maliennes de défense et de sécurité, qu’il faut recomposer de bout en bout, ainsi qu’à la Misma et soulager également la France dont l’économie est au rouge. En outre, ont estimé les commissions de l’UA et de la Cédéao, auteures de la conférence des donateurs de la Mission de paix internationale au Mali, les financements à travers les contributions statutaires des Nations unies doivent se poursuivre et être accélérés. La présidente de la commission de l’UA, Dr Nkosazana Dlamini-Zuma, et le président de la commission de la Cédéao, Kadré Désiré Ouédraogo, se sont rencontrés pour examiner le coût du budget pour un an de la Misma, estimé à plus de 240 millions de dollars fin 2012, mais qu’il faut revoir à la hausse ne serait-ce que parce que sa composante passera selon de nouveaux engagements, notamment du Nigeria, de 3300 soldats à 5000.


D. B

 

Ajouter un Commentaire

Charte d'utilisation de
www.liberte-algerie.com

- L’espace des commentaires sur liberte-algerie.com est ouvert à toute personne s’engageant à respecter les présentes conditions générales d'utilisation par l’Internaute

- L’internaute est prié de prendre connaissance le plus régulièrement possible des conditions Générales d'utilisation du site. Il faut savoir que liberte-algerie.com est libre de les modifier à tout moment sans notification préalable afin de les adapter aux évolutions du site et des lois et règlements en vigueur.

- La citation de la marque liberte-algerie.com sur un site Internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Tout internaute peut réagir sur le contenu du site

- Les informations fournies à liberte-algerie.com par un Utilisateur lors l’envoi de son commentaire sont communiquées sous la seule responsabilité de cet Utilisateur.

- En envoyant ses commentaires à liberte-algerie.com, l’utilisateur :

- déclare être autorisé à envoyer ses commentaires ;

- autorise liberte-algerie.com à reproduire et représenter, intégralement ou partiellement et à adapter les commentaires sur les services de communication électroniques édités par liberte-algerie.com dans le monde entier.

- liberte-algerie.com a le droit de retirer ou d’interdire l’accès à tout Commentaire contrevenant ou risquant de contrevenir aux lois et règlements en vigueur ou qui ne serait pas conforme aux règles éditoriales du site.

- L'utilisateur est seul responsable de toute utilisation personnelle du contenu ou des commentaires publiés sur le Site.

- liberte-algerie.com n'exerce aucun contrôle quant au contenu des sites Internet tiers. L'existence d'un lien hypertexte entre le site et un site internet tiers ne signifie pas que liberte-algerie.com assume une quelconque garantie et responsabilité quant au contenu du site Internet tiers ou de l'usage qui peut en être fait.

- Dans l'hypothèse où l’utilisateur est une personne physique mineure, il déclare et reconnait avoir recueilli l'autorisation auprès de ses parents ou du (ou des) titulaire(s) de l'autorité parentale le concernant pour utiliser le site. Le (ou les) titulaire(s) de l'autorité parentale a (ont) accepté d'être garant(s) du respect de l'ensemble des dispositions de la charte.

- Les propos incitants à la haine raciale ou religieuse, les appels à la violence, l’utilisation de termes régionalistes, et tout message litigieux ne sont pas acceptés par liberte-algerie.com.

- Veuillez éviter l’excès de propos de type belliciste, morbide ou guerroyeur.

- Les commentaires où on y constate de l’agressivité, de la vulgarité ou de la violence excessive dans le ton, ne sont pas autorisées à être publiés sur le site. Egalement les insultes personnelles entre participants.

- Pas de pornographie, pédophilie, obscénités et grossièretés.

- La répétition de messages identiques ou très voisins n’est pas autorisée

- Tout lien dirigeant vers un site raciste, islamophobe, ou que la rédaction jugera non conforme, sera effacé.
- Les spéculations ou révélations à propos de l'identité de tel ou tel participant ne sont pas tolérées.

- Les tentatives d'usurpation d'un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées.

- Les messages personnels échangés entre participants ou postés sur d’autres sites ne doivent pas être diffusés sur le site.

- L’usage normal pour publier les commentaires requiert un seul pseudonyme.
- Veuillez poster vos sujets dans les rubriques appropriées du site

- En cas de malentendu persistant avec le médiateur, vous êtes prié de le contacter par email (l’adresse : journal.liberte.dz@gmail.com)

DIlem
DILEM DU 24 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos