Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

En réaction à une perquisition des locaux d'un média

Les Catalans sortent dans la rue

La Garde civile espagnole a perquisitionné hier les locaux du petit journal d'une localité de Catalogne, qui serait soupçonné d'avoir fait imprimer des bulletins pour le référendum d'autodétermination interdit, convoqué pour le 1er octobre, a constaté l'AFP. Cette perquisition a eu lieu dans la ville de Valls (24 000 habitants), adhérente à l'Association des municipalités indépendantistes, prêtes à ouvrir les bureaux de vote le 1er octobre. À l'annonce de la nouvelle, plusieurs centaines de personnes ont décidé de manifester devant les locaux du média, criant “nous voterons”, et “indépendance”, a constaté un photographe de l'AFP. Devant une urne symbolique en carton, elles brandissaient des drapeaux indépendantistes et chantaient l'hymne catalan “Els Segadors”. Un porte-parole de la Garde civile à Tarragone a confirmé à l'AFP que “la Garde civile menait une perquisition visant l'hebdomadaire El Vallenc”, sans vouloir en préciser le but. Les médias espagnols affirmaient que les forces de l'ordre agissaient ainsi à la recherche de bulletins de vote. Le président catalan, le séparatiste Carles Puigdemont, a fait allusion hier matin à ces perquisitions dans un discours offensif prononcé devant des membres de son parti. “Ils peuvent perquisitionner des imprimeries, ils peuvent encercler un média avec des gardes civils, nous les déborderons lundi démocratiquement et pacifiquement comme toujours (avec la manifestation de la Diada) et le 1er octobre avec les urnes”, a-t-il assuré. Vendredi, la Garde civile avait déjà perquisitionné une imprimerie de la même province de Tarragone. “Ils n'ont rien trouvé”, avait déclaré l'avocat de cette imprimerie, Tomas Gilbert. Selon l'avocat, les forces de l'ordre s'étaient intéressées à l'imprimerie après la diffusion par un média en ligne d'informations selon lesquelles l'hebdomadaire El Vallenc était impliqué dans la confection des bulletins. Or c'est dans cette entreprise qu'il est imprimé. L'AFP n'a pas réussi à joindre l'hebdomadaire hier.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER