Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Réfugiés musulmans Rohingyas de Birmanie

L'exode reprend massivement vers le Bangladesh

Contrairement aux assertions du gouvernement birman, qui a formulé des propositions pour un retour des réfugiés Rohingyas, c’est le contraire que l’on constate sur le terrain avec une augmentation du flux vers le Bangladesh. En effet, après quelques jours d’accalmie, l’exode des Rohingyas vers ce pays a repris à grande échelle, ces derniers jours, principalement en raison du manque de nourriture dans l’ouest de la Birmanie, où la souffrance est “inimaginable” selon l’ONU. Pour rappel, plus de 507 000 membres de cette minorité musulmane de Birmanie ont déjà passé la frontière pour fuir une campagne de répression de l'armée birmane, consécutive à des attaques de la rébellion rohingya. Cela représente la moitié de cette communauté apatride d’un million de personnes, installée en Birmanie depuis des décennies mais victime d’après l’ONU d’une “épuration ethnique”.  Ainsi, quotidiennement, des dizaines de petites embarcations, dont de nombreux bateaux de pêche arrivent au Bangladesh, avec à leur bord des réfugiés Rohingyas, a indiqué à l’agence AFP Fazlul Haq, élu bangladais de Shah Porir Dwip, petit village de pêcheurs à l’embouchure du fleuve Naf, qui sert de frontière naturelle entre les deux pays. “Quelque 4000 à 5000 Rohingyas arrivent tous les jours”, a ajouté Ariful Islam, garde-côte bangladais. “Certains Rohingyas pensaient pouvoir rester en Birmanie, mais ils viennent aussi ici maintenant”, ajoute-t-il. Du côté birman, plus de 10 000 Rohingyas se sont rassemblés à un point de passage avec le Bangladesh, ont annoncé, hier, les médias officiels birmans. “Beaucoup fuient actuellement à cause du manque de nourriture et de la peur. Il n’y a plus rien à manger dans certaines zones”, a expliqué à l’AFP Chris Lewa, de l’Arakan project, une organisation de défense des droits des Rohingyas.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER