Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Application de l’accord de paix d’Alger

L'ONU réclame des progrès significatifs aux parties maliennes

“Le Conseil de sécurité de l'ONU, dans un message ferme, souhaite des avancées significatives des parties maliennes dans l'application de l'accord de paix de 2015”, a déclaré, jeudi, son président en exercice, après l'évocation par Bamako de progrès remarquables. “Il y a un consensus au Conseil de sécurité sur la nécessité d'adresser un message ferme aux parties maliennes quant à l'importance de mettre à profit les mois qui viennent pour progresser de manière significative dans la mise en œuvre de l'accord de paix”, a déclaré l'ambassadeur français François Delattre, après une réunion sur le Mali. La France détient la présidence du Conseil de sécurité en octobre et compte mettre l'accent tout au long du mois sur la situation au Sahel et la nécessité de soutenir la lutte antiterroriste. Dans un rapport sur le Mali rendu public, mardi, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'était dit profondément préoccupé par la reprise de violents affrontements entre les groupes armés signataires de l'accord. “Malheureusement, presque aucun progrès n'a été réalisé dans l'application de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali”, avait-il ajouté. “Ces déclarations ont donné l'impression d'un immobilisme généralisé dans la mise en œuvre de l'Accord de paix, malgré les efforts du gouvernement du Mali et de la communauté internationale”, a déploré, jeudi, le chef de la diplomatie malienne, Abdoulaye Diop, lors d'une liaison vidéo publique avec le Conseil de sécurité. “Le gouvernement du Mali reconnaît, certes, les difficultés qui ont jalonné le processus de paix, mais estime que des progrès remarquables ont été enregistrés dans la mise en œuvre de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger”, a-t-il ajouté. Le ministre a notamment cité la tenue d'une conférence d'entente nationale et la mise sur pied de commissions dans les domaines de l'intégration et de la démobilisation de membres de groupes armés. “Le gouvernement du Mali reste déterminé à diligenter l'application de cet accord, car nous sommes convaincus qu'il n'y a pas d'alternative crédible à cette voie pacifique de règlement durable de notre crise”, a fait valoir Abdoulaye Diop. “Je comprends ici l'impatience du Secrétaire général, des membres du Conseil, de nos autres partenaires pour les retards pris dans la mise en œuvre de l'accord”, a-t-il toutefois précisé, en soulignant qu'ils étaient, selon Bamako, notamment, dus à la détérioration de la situation sécuritaire au Mali.    

       
R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER