Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / International

Sahara Occidental

Madrid espère une relance des négociations Maroc-Front Polisario

Le chef de la diplomatie espagnole, Alfonsi Dastis, a souhaité une reprise des négociations sur le conflit au Sahara Occidental qui aboutirait à l’autodétermination du peuple sahraoui. “Mon pays se félicite de l’intention déclarée du secrétaire général de l’ONU de relancer les négociations entre les deux parties du conflit”, a déclaré le ministre espagnol lors du débat général des Nations unies. “Nous espérons que le nouvel envoyé personnel du SG de l’ONU puisse rendre possible la relance du processus onusien pour progresser vers une solution politique, juste, durable et mutuellement acceptable qui prévoit l’autodétermination du peuple sahraoui dans le cadre des dispositions qui sont compatibles avec les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies”, a ajouté Alfonsi Dastis. Horst Kohler, nouvel émissaire de l’ONU pour le Sahara Occidental, devrait se rendre prochainement dans la région dans l’espoir de relancer les pourparlers bloqués depuis 2012, a annoncé la semaine dernière le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Horst Kohler a pris ses fonctions le 8 septembre dernier à New York où il a tenu des consultations avec de hauts responsables de l’ONU et des représentants des deux parties du conflit, des pays voisins et des États membres. Le rôle que devrait jouer Kohler est un élément important dans le processus de paix au Sahara Occidental mais il ne sera pas décisif sans le soutien du Conseil de sécurité, selon de nombreux observateurs. Avant lui, Ross a été l’objet d’une opération de sabotage franco-marocaine au Conseil de sécurité et ne pouvait pas aller loin dans sa mission sans le soutien de l’organe onusien.                       

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER