Séisme-Alger: 6 morts et 420 personnes légèrement blessées (ministère) Deux secousses telluriques ont frappé Alger ce vendredi. La première, à 5h11, d'une magnitude de 5,6 sur l'échelle de Richter. La seconde, à 5h26, était d'une intensité de 4,6.600 lance-flammes, 45 bombes lacrymogènes, 40 tasers, 17 fumigènes et 03 barres de fer, ont été saisis suite à l’interception, dimanche,de deux véhicules par la police judiciaire de Rouiba (DGSN)Pour contacter la Rédaction Web de "Liberté" écrivez à cette adresse : redactionweb@liberte-algerie.comPour contacter la rédaction nationale (version papier)de "Liberté" écrivez à cette adresse : info@liberte-algerie.comSuivez-nous sur Twitter : @JournalLiberteDZ Suivez-nous sur Facebook:www.facebook.com/JournalLiberteOfficielChaque édition de la version papier (articles et PDF) est mise en ligne sur le site à 10h (GMT+1) et cela depuis le 05 octobre 2011
International Mardi, 31 Janvier 2012 10:00 Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Bamako accuse la France d’être derrière ces manœuvres

Menace de scission dans le Nord-Mali

Par : Djamel Bouatta

Les armes ont repris dans le Nord-Mali, le triangle Gao-Kidal-Ménaka, qui forme l’Azawad dans la langue des Touareg, d’où les inquiétudes pour l’intégrité territoriale de ce pays.

Le risque de partition n’est pas une vue de l’esprit depuis le partage en deux, l’an dernier, du Soudan historique et, bien avant, de l’Érythrée, qui s’était détachée de l’Éthiopie, ce pays où les pères des indépendances africaines avaient signé le fameux principe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation.
La menace du MNLA fait craindre le pire aux nombreux pays africains en proie aux conflits identitaires. Du Sénégal à l’Angola, de la RDC au Tchad, en passant par le voisin du Mali, le Niger, et le géant nigérian, c’est la même question qui se pose : faut-il écouter l’ethnicisme, réhabiliter les anciens royaumes ou continuer à promouvoir la doctrine de l’intangibilité des frontières, fondateur de l’OUA, l’ancêtre de l’Union africaine ? À l’origine de ces poussées ethniques, il n’y a pas que le complot de l’Occident et d’autres puissances extra-africaines intéressées par les richesses et le marché continental.
Si l’UA et la Ligue arabe ouvraient dans la sérénité ce dossier explosif, elles constateront que les menaces de scissions sont alimentées par l’étouffement, pour ne pas dire plus, des minorités. Et que ces situations sont la conséquence d’absence de démocratie et de son corolaire, la garantie de la pluralité. Les deux organismes vérifieront que la mauvaise gouvernance conduit à la mauvaise gestion des frontières africaines. La reprise de la guerre entre l’armée et le Mnal (Front national de libération de l’Azawad) a fait, selon les bilans additionnés, plus d’une centaine de morts et davantage de blessés. Né de la fusion des débris des rébellions des années 90 et des recrues du Mtnm (Mouvement touareg du Nord-Mali) de feu Ibrahim Bahanga, le MNLA est, sur le terrain, en alliance avec le Mpa (Mouvement populaire de l’Azawad), d’obédience salafiste, d’Iyad Ag Gali. Leur union est scellée par l’objectif de créer un État touareg du Nord-Mali. Le syndrome du Sud-Soudan caresse-t-il l’Afrique de l’Ouest ? À cette galaxie de dissidences dans les divers mouvements du triangle Gao-Kidal-Ménaka, s’est adjointe une fraction du contingent touareg de l’armée défaite et disloquée de feu Kadhafi, sous les ordres d’un certain colonel Najim Ag Mohamed, rentré de Libye en octobre dernier. La zone est également considérée comme l’antre de l’Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique), qui l’a transformée en terrain de chasse pour otages, notamment occidentaux.
Le terrain, trop étiré pour être quadrillé ou verrouillé efficacement, donne du fil à retordre à l’armée malienne, à quoi il faut ajouter le casse-tête logistique qu’il faut résoudre pour soutenir un effort de guerre dans cette région hostile de plus de 1 500 km. Dans l’autre camp, le soutien “obligatoire” des populations locales et la noria de Toyota qui s’en sortent dans les courses-poursuites avec l’infanterie motorisée de l’armée. La guerre du désert, disent les spécialistes, est la spécialité des “fils du désert”. Le gouvernement malien arrive difficilement à recruter des supplétifs touaregs pour servir d’éclaireurs et d’auxiliaires à son armée. À cet effet, le Président malien a tiré des geôles de la Sécurité d’État le richissime homme d’affaires Mohamed Ould Awainatt, en contrepartie de l’engagement de sa tribu dans la guerre, aux côtés des forces gouvernementales.
Une libération mal appréciée par l’opinion et la magistrature car ce nabab touareg a été mêlé à l’atterrissage clandestin, non loin de Gao, en novembre 2010, du mystérieux Boeing sud-américain rempli de drogue. Pour autant, les agglomérations changent de mains au fil des semaines à l’intérieur de ce triangle azawad. L’armée, qui avait reconquis la garnison d’Aguel Hoc, à 170 km de Kidal, a été délogée par les assauts furieux du MNLA, qui a plié bagages à son tour devant la contre-offensive de celle-ci. Ce jeu de yoyo a provoqué la stupeur à Bamako et assombri l’horizon électoral, hypothéquant jusqu’au calendrier présidentiel.
À cent jours de la fin de son deuxième et dernier mandat, le Président ATT, qui a refusé de tripatouiller la Constitution pour s’ouvrir dans la bonne tradition africaine un troisième mandat, craint de se retrouver prisonnier du palais de Koulouba. Très réfractaires aux servitudes de l’administration centrale que sont les impôts, le découpage de l’espace et la scolarisation et s’estimant abandonnés par celui-ci pour ce qui est du développement de leur région, les Touaregs ont constamment fait craquer l’entité malienne. Une première rébellion, déclenchée trois ans après l’indépendance du Mali (1963), sera vite jugulée.
L’immense prestige de Modibo Keita et sa profonde amitié avec ses voisins algériens, hâtèrent le retour de la paix. Mais le précédent était là et servait de stimulante référence pour les générations suivantes, dans cette communauté forte de moins d’un million d’âmes, que la couleur blanche de la peau et les zones d’implantation et de nomadisation nettement excentrées séparent de l’écrasante majorité des Maliens. Avant ATT, le Président Moussa Traoré a eu sa guerre de l’Azawad, entre 1990 et 1991. Il échut au Président Alpha Oumar Konaré de faire la paix, en 1996, avec l’aide également de l’Algérie. Dans sa confrontation avec le MNLA, ATT est également confronté à une guerre avec l’ancienne puissance coloniale. À Bamako, on parle de crise de confiance croissante avec Nicolas Sarkozy. Rfi et France 24 relayent les communiqués du MNLA, via Moussa Ag Assarid, émigré anonyme jusqu’au déclenchement des hostilités, en décembre 2010.
À cela, cette thèse en cours dans les milieux du renseignement en Afrique de l’Ouest qui interprète la capture des Français Philippe Verdon et Serge Lazarivic comme une fausse prise d’otages qui a permis à la rébellion touarègue d’avoir deux planificateurs militaires dans ses rangs ! La presse de Bamako se déchaîne contre la France à qui elle rappelle que “ce Mali qu’elle poignarde aujourd’hui, a fourni le plus gros contingent de tirailleurs sénégalais qui ont contribué à libérer la France de l’occupation allemande lors de la Seconde Guerre mondiale. Et que leurs héritiers, qui se battent pour la liberté et l’unité de leur pays dans les confins sahariens, ont conservé la bravoure de leurs illustres devanciers.” Bamako considère que les rêves récurrents d’autodétermination de la communauté touarègue sont alimentés par la France. Pourquoi ? La réponse serait à chercher dans le fait que le Mali est frontalier de 7 pays : Algérie, Burkina-Faso, Côte d’Ivoire, Guinée (Conakry), Mauritanie, Niger et Sénégal. Si le Mali se désintègre, les ondes de choc d’un tel bouleversement sous-régional, ébranleront nombre d’États voisins et sur le continent.


D. B

 

Ce contenu a été verrouillé. Vous ne pouvez plus poster de commentaire.

DIlem
DILEM DU 31 JUILLET 2014
Galerie Agrandir
CONTRECHAMP
video

Galerie photos
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Le Forum de Liberté a reçu mardi 22 juillet 2014, à 22h, l’écrivain et dramaturge, Slimane Benaïssa. Notre invité a animé une communication sur le thème “La pluralité culturelle, une chance pour l’Algérie”. (Seconde partie)
Galerie Agrandir
LIBAN
Bannière
Bannière
Bannière
LIBERTE MOBILE
Bannière
Voir toute La rubrique

Dernières infos